Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Saint-Etienne qui s’était déjà distingué avec son roman photo incitant à un plus grand respect de la confidentialité renouvelle l’exercice avec une exposition itinérante sur la bientraitance en gériatrie signée par les équipes soignantes de son pôle Gériatrie et Médecine interne. Ce travail a introduit une réflexion en profondeur sur les pratiques quotidiennes en confrontant situations de maltraitance et de bientraitance des personnes âgées. Une démarche qui interpelle le public comme les professionnels.

Saint-Etienne qui s’était déjà distingué avec son roman photo incitant à un plus grand respect de la confidentialité renouvelle l’exercice avec une exposition itinérante sur la bientraitance en gériatrie signée par les équipes soignantes de son pôle Gériatrie et Médecine interne. Ce travail a introduit une réflexion en profondeur sur les pratiques quotidiennes en confrontant situations de maltraitance et de bientraitance des personnes âgées. Une démarche qui interpelle le public comme les professionnels.
Suite aux recommandations ministérielles du 22 mars 2007 relatives au développement de la bientraitance, le pôle Gériatrie et Médecine interne du CHU deSaint-Etienne a organisé des sessions d’information sur la maltraitance à l’attention des personnels exerçant auprès des personnes âgées. Les soignants se sont approprié le sujet et ont souhaité lier l’enseignement à leur pratique quotidienne. Pour impliquer les équipes de jour et de nuit, chaque unité a été invitée à réfléchir à sa pratique en transposant une situation de soins maltraitante en situation bientraitante, présentée sous la forme d’une affiche. Tous les professionnels soignants et non soignants du pôle ont participé : infirmiers, aides-soignants, rééducateurs, brancardiers, animateurs et bénévoles de l’association « Animation et familles ». Les cadres de santé ont défini 18 thématiques au regard des enquêtes menées en 2007 et 2010 auprès des soignants sur leur ressenti autour des soins : le réveil, la toilette, le repas, "les visiteurs", la sortie du patient, les transferts, le lever, l’animation, le brancardage, la contention, l’élimination, le coucher, le sommeil, la communication, la visite médicale, l’habillage, le change la nuit, le bruit la nuit… Chaque équipe disposait de trois mois pour réfléchir, concevoir et finaliser son affiche par ses propres moyens.
Voir les 18 affiches
Décrypter une pratique en une affiche
Les participants ont réussi à faire vivre le projet qui a débouché sur un travail particulièrement créatif et original qui a obtenu le soutien de l’association « Animation et familles ».
Modeste au départ, le projet a progressivement pris de l’ampleur. Après une présentation auprès de l’Agence Régionale de Santé (ARS), l’exposition est aujourd’hui demandée par les maisons de retraite, tandis que les affiches seront reprises pour l’élaboration d’un calendrier en 2013. Le sujet pourrait même faire l’objet d’un projet de recherche en soins infirmiers.
Suscitant de nombreux échanges, les situations exposées ne laissent personne indifférent. L’impact est tel que certaines équipes ont intégré les messages dans leurs pratiques professionnelles de tous les jours. Ainsi, le CHU de Saint-Etienne progresse-t-il dans l’assimilation d’une culture de la bientraitance pour la plus grande satisfaction de ses patients, de ses résidents. Quant au personnel, encouragés par cette émulation collective, il voit ses efforts reconnus et récompensés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”