Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La chirurgie assistée par ordinateur ou le voyage fantastique

Le service de Neurochirurgie du CHU de Nice possède un système de neuronavigation ou neurochirurgie assistée par ordinateur.

Le principe de cet appareillage complexe repose sur le contrôle en temps réel de la position d’un instrument dans la boîte crânienne par rapport à une cible, repérée en pré-opératoire sur les images radiologiques. Des points fixes sont simplement collés sur le crâne de la personne avant le scanner et l’IRM préopératoires.

Les images numérisées, enregistrées sur disque optique, sont ensuite « entrées » dans la station de travail où les logiciels vont opérer leur reconstruction en 3 dimensions.

L’opérateur peut ainsi, avant l’intervention, définir la meilleure trajectoire pour aborder et réséquer la tumeur, en respectant les zones saines ; notion très importante pour respecter l’avenir fonctionnel du patient.

Un gain de sécurité pour les malades

C’est donc une technique sécurisée qui est mise à la disposition du patient avec pour lui une seule contrainte, celle de garder les points collés en place jusqu’au lendemain, jour de l’intervention.

« Pour moi le plus important était d’être opérée avec le plus de sécurité possible, c’est pour ça que je suis venue consulter à Nice. C’est formidable et rassurant de savoir que le chirurgien peut en quelque sorte voir au travers du cerveau?» déclare une patiente quelques jours après son intervention, « la preuve, c’est qu’aujourd’hui tout va bien, c’était pourtant une intervention jugée à risques ».

Cette technique s’adresse surtout au traitement chirurgical des tumeurs cérébrales profondes et tumeurs de l’hypophyse, mais son utilisation n’est pas limitée à ces indications.

Elle permet une approche multidisciplinaire dans l’oto-neurochirurgie (neurinomes de l’acoustique notamment) et dans la chirurgie de l’oreille.

Le développement de la neurochirurgie fonctionnelle (douleurs chroniques, maladie de Parkinson) pourra être amélioré par cette technique. Elle permet grâce à la Télémédecine, l’envoi d’images à partir de la station de travail vers un spécialiste, un autre collègue pour avis dans l’élaboration du pré-planning.

Son potentiel pédagogique en fait également un formidable outil d’enseignement, d’apprentissage et de perfectionnement.

Avec cette technique le service de Neurochirurgie et ses partenaires entendent mieux répondre aux besoins des patients, leur garantir plus de qualité et de sécurité, deux mots chers à tous les soignants.
Article de Christine Saglietto avec la participation du Dr Paquis)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.