Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La chirurgie réparatrice au secours des victimes de mutilations sexuelles

Depuis près d’un an, le service de gynécologie du CHU de Rennes accueille et accompagne les femmes victimes de mutilations sexuelles et leur propose une intervention chirurgicale réparatrice.

Depuis près d’un an, le service de gynécologie du CHU de Rennes accueille et accompagne les femmes victimes de mutilations sexuelles et leur propose une intervention chirurgicale réparatrice.
A l’initiative docteur Harlicot, chirurgien-gynécologue, une consultation spécifique a été ouverte tous les premiers mercredis de chaque mois pour les femmes rennaises d’origine ivoiriennes ou guinéennes ayant subi des excisions ou infibulations. Elles sont reçues par une équipe composée du médecin, d’une sage-femme et d’une psychologue.
Cette mutilation qui remonte bien souvent à leur enfance a un tel impact sur leur vie psychique et sexuelle que le recrutement ne peut s’effectuer que par « le bouche-à- oreille », avec l’aide des associations africaines rennaises, celle du médecin généraliste, chacun jouant un rôle prépondérant dans la transmission de l’information.
Si le service gynécologie reçoit de plus en plus de demandes, le temps de réflexion peut être long avant d’accepter le principe d’une intervention chirurgicale : crainte de la douleur, fin d’un engagement ancestral… Il s’agit d’un choix délicat dans un contexte culturel particulier. Consciente de cette difficulté, l’équipe propose une prise en charge graduée en fonction des besoins de la patiente. Un premier rendez-vous avec une sage-femme lui permet d’être écoutée et rassurée. Qu’il s’agisse uniquement de la prise en charge de la douleur ou d’explications relatives à l’acte chirurgical, le docteur Harlicot, intervient dès ce premier rendez-vous ou lors d’une seconde consultation. S’ensuit un temps de réflexion, ou la patiente décidera ou non de se faire opérer.

A l’issue de l’intervention, une série de rendez-vous est programmée, tous les 15 jours, afin de surveiller l’évolution de l’intervention et d’accompagner la patiente. Aujourd’hui, le service gynécologie reçoit de plus en plus de demandes.
La réussite de cette activité et la qualité de prise en charge des patientes sont fondées sur des échanges en amont et en aval de l’intervention. Il ne s’agit donc pas uniquement d’un acte de reconstruction chirurgicale, mais d’une prise en charge pour laquelle la capacité d’écoute et la connaissance du contexte culturel est fondamentale. C’est pourquoi, en partenariat avec l’association ACZA (Association Culturelle Zassa d’Afrique) et sa présidente, Martha Diomande, l’équipe du CHU assure un gros travail d’information et de sensibilisation auprès des femmes africaines.
Après Angers, Lyon ou Nantes, Rennes assure ces prises en charge délicates qui concernent chaque mois, deux à  trois femmes africaines.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.