Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La chirurgie thoracique fête son premier anniversaire

La Picardie, première région concernée par le cancer du poumon, dispose depuis novembre 2007 d'un service de chirurgie thoracique de qualité et de proximité au CHU d'Amiens.

La Picardie, première région concernée par le cancer du poumon, dispose depuis novembre 2007 d’un service de chirurgie thoracique de qualité et de proximité au CHU d’Amiens.

A l’origine de la création de ce service : la volonté de traiter sur place les patients qui devaient subir une intervention. Près de 1 000 personnes par an se rendaient parfois jusqu’en Ile de France pour se faire opérer ! Le besoin existait donc, il fallait créer une réponse. Mais le nombre de chirurgiens thoraciques est limité à une centaine en France. Un recrutement difficile mais heureusement, le Dr Pascal Berna, chef de clinique et assistant des hôpitaux en chirurgie thoracique a été séduit par les perspectives de développement offertes par le CHU et a accepté d’organiser l’unité de chirurgie thoracique au sein du Pôle Cardio-vasculaire et thoracique.

L’activité de chirurgie thoracique est essentiellement programmée en lien avec d’autres médecins spécialistes. Le protocole se décide en réunion multidisciplinaire. En cas d’opération, un kinésithérapeute est sollicité pour des exercices respiratoires avant et après l’intervention. Les fumeurs devront arrêter la cigarette !

Les urgences plus rares sont motivées par des hémorragies intra-thoraciques souvent dues à des traumatismes balistiques.

Les patients du Dr Berna sont en général des hommes de 45 à 80 ans souffrant d’un cancer du poumon lié au tabac ou à l’amiante. Depuis novembre 2007, 230 personnes ont été prises en charge, originaires du service de pneumologie du CHU mais aussi d’Abbeville, Saint-Quentin, Péronne, Beauvais, Compiègne ou du Pas-de-Calais. Fin 2008, la barre des 250 patients devrait être franchie. Pour répondre à la demande croissante, le CHU a recruté un second praticien à plein temps, au mois de mai 2008, le Dr Géoni Merlusca, comme chef de clinique et assistant des hôpitaux.

Le dynamique service de chirurgie thoracique du CHU d’Amiens espère être reconnu par la Haute Autorité de Santé comme centre référent de chirurgie thoracique. Pour cela il doit satisfaire aux critères de qualité et de sécurité : faire un nombre minimum d’interventions par an (30 interventions pour cancer pour être accrédité) et disposer d’une réanimation chirurgicale 24h/24. A terme le CHU d’Amiens sera le seul établissement référent de la région pour le cancer du poumon. Le rayonnement du service passe aussi par les bonnes relations entre confrères et les chirurgiens thoraciques amiénois iront présenter leur activité aux médecins de Beauvais et de Compiègne. Une convention a déjà été signée avec le Centre Hospitalier d’Abbeville.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.