Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La contraception définitive

La stérilisation par voie hystéroscopique est une des techniques de contraception définitive pour les femmes qui souhaitent ne plus vouloir d'enfant. Sept années après la première française effectuée au CHU de Nantes, plus de 400 femmes de la région nantaise ont bénéficié de cette méthode novatrice.

La stérilisation par voie hystéroscopique est une des techniques de contraception définitive pour les femmes qui souhaitent ne plus vouloir d’enfant. Sept années après la première française effectuée au CHU de Nantes, plus de 400 femmes de la région nantaise ont bénéficié de cette méthode novatrice.

Une technologie de pointe pour le confort de la femme
C’est le professeur Patrice Lopes, gynécologue-obstétricien au CHU de Nantes qui fut le premier, en 2002, à utiliser cette technique moins traumatisante pour la femme. Ce procédé offre aux femmes une méthode contraceptive douce et définitive, sans hormones, ni incision et sans les risques habituellement associés à l’anesthésie générale et à la ligature des trompes. La procédure s’effectue en une dizaine de minutes, en ambulatoire.

Des micro-implants flexibles sont placés par les voies naturelles, dans les trompes de Fallope. Au cours des trois mois qui suivent, l’organisme forme une barrière naturelle autour de ces micro-implants, ce qui empêche les spermatozoïdes d’atteindre l’ovule.

La tolérance immédiate lors de la pose des micro-implants apparaissent aujourd’hui comme des éléments contribuant à proposer cette technique en première intention aux femmes de plus de 40 ans, qui sont certaines de plus vouloir d’enfants.

Ce système, nommé Essure, est distribué par la société Conceptus et n’est disponible que sur prescription médicale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.