Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La dépendance des jeunes aux jeux vidéo

Les conférences de santé publique organisées par le CHU de Nice abordent un phénomène de société récent : la dépendance des jeunes aux jeux vidéo.

Les conférences de santé publique organisées par le CHU de Nice abordent un phénomène de société récent : la dépendance des jeunes aux jeux vidéo.

Une addiction qui ne cesse d’inquiéter les familles
L’attachement excessif à la console ou à l’ordinateur relève moins du jeu lui-même que de la fragilité de la personne, sauf pour les jeux « en ligne » de simulation d’univers qui comportent plus de risques.

L’organisation de toute la vie d’une personne autour du jeu, ce qui ressemble à une toxicomanie, ne concerne heureusement qu’à peine 10% des consommateurs réguliers. Ceci dit, les jeux vidéo « accrochent » en provoquant un phénomène de « récompense» très puissant apportant un plaisir intense et une valorisation facile. Et c’est un piège redoutable car la puissance du lien dans l’interaction avec l’écran et dans la manipulation directe des images – la puissance du virtuel – surpasse et risque de remplacer le plaisir ordinaire du travail de la lecture, qui renvoie à celui de l’imaginaire. Dans tous les cas, c’est la fragilité de la personne qui est à l’origine de la dépendance et qui risque d’enfermer le sujet dans un système clos, notamment sous l’effet de facteurs favorisants comme les difficultés d’accès à l’autonomie liées l’adolescence, une personnalité timide, un entourage instable….

La dépendance correspond souvent à une fuite relationnelle, une compensation par rapport à des risques affectifs questionnant l’identité. Cet horizon de difficultés va fixer le jeu vidéo comme un baume médical sur une souffrance relationnelle. Mais ce médicament est très dangereux parce qu’il enferme le sujet dans un vrai piège. Parmi les conseils que nous pouvez donner aux familles inquiètes de l’intérêt de leur enfant pour les jeux vidéo, il semble important de leur proposer d’abord de dédramatiser le débat. On se doute bien que l’on ne peut pas faire machine arrière : la puissance informatique est celle du monde moderne et il nous faut l’assumer.

Bien plus, il faut savoir qu’il y a dans le modèle informatique du jeu vidéo des ressources pédagogiques et cognitives très puissantes, déjà utilisées dans l’enseignement, et même en thérapeutique.

Il est possible de s’intéresser aux jeux vidéo lorsqu’on est adulte, de se les faire expliquer et même d’en faire l’expérience ! Rien ne sert de croire que c’est en les interdisant que le problème va se résoudre. Le vrai problème est au joueur, à l’histoire de ses relations : famille, copains… « petite amie »…. et à l’équilibre de ses activités travail/détente et de ses loisirs : sorties, TV, cinéma, sport, lecture… Tout est dans la mesure.

Les conférences de santé publique se prolongent au Centre universitaire méditerranéen.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.