Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La DGOS prépare sa feuille de route pour la mise œuvre du Ségur de la santé

Dans le cadre du Séminaire national des hospitaliers, Katia Julienne, directrice générale à la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) a détaillé la mise en œuvre des orientations du Ségur de la santé.

Dans le cadre du Séminaire national des hospitaliers, Katia Julienne, directrice générale à la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) a détaillé la mise en œuvre des orientations du Ségur de la santé.
Le 19 novembre, Katia Julienne, directrice générale à la Direction générale de l’offre de soins a détaillé «pilier» par «pilier» les mesures décidées dans le cadre du Ségur de la Santé. S’agissant des ressources humaines (pilier 1), elle a mentionné la concrétisation de nombreuses mesures, notamment des revalorisations salariales. Près de 7 milliards d’euros ont ainsi été engagés pour les personnels médicaux, non médicaux, les internes ou encore les étudiants.
« Et nous travaillons sur le développement des pratiques avancées quel que soit le segment d’activité: les urgences ou la médecine de ville », a-t-elle également précisé.
En matière d’investissement et de réforme du financement (pilier 2), elle a rappelé l’engagement du ministère en faveur d’une plus grande subsidiarité de la politique d’investissement. Davantage de marges de manœuvre seront ainsi laissées aux agences régionales de santé (ARS) dans leurs relations avec les communautés hospitalières, et ce dès le premier trimestre 2021. S’agissant de la réforme du financement des services d’urgences, des soins de suite et de réadaptation et de la psychiatrie, Katia Julienne a annoncé un report à 2022 pour les deux derniers secteurs. Retenons également que les missions d’enseignement, de recherche, de référence et d’innovation seront abondés de 50 millions d’euros.

Gouvernance des GHT

S’agissant du pilier 3 relatif à la simplification des organisations et du quotidien des équipes, la DGOS a annoncé la reprise du chantier de la gouvernance des groupements hospitaliers de territoire (GHT) au premier trimestre 2021 et la poursuite des réflexions sur la réforme des autorisations en fonction des secteurs d’activité, tous les enseignements de la gestion de l’épidémie notamment pour les soins critiques devant encore être analysés.
Enfin, sur le sujet des territoires (pilier 4), Katia Julienne a salué le travail mené par les médecins généralistes et les urgentistes sur les services d’accès aux soins. «Près de cinquante projets nous ont été transmis par les ARS. Nous sommes en attente des derniers arbitrages pour démarrer l’accompagnement de ces iniatitives».
Parmi les multiples sujets en chantier, retenons également la volonté d’améliorer la prise en charge des résidents en Ehpad et celle de renforcer les moyens de la psychiatrie.
« Nous avons déjà consolidé les moyens pour favoriser un ancrage sanitaire de chacun des Ehpad. Nous préserverons ces évolutions. Quant à la psychiatrie, nous devons à la fois faciliter les conditions de travail des professionnels tout en restant très attentifs à l’état de santé mental de la population», a-t-elle conclu.
Hélène Delmotte

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.