Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

la Martinique dispose d’un registre de donneurs de moelle osseuse

Un dispositif attendu par les malades antillais qui n'ont pour seul espoir de guérison que la greffe de moelle. En effet, ces patients ne trouvaient pas de donneur compatible dans les registres nationaux et internationaux où les groupes HLA sont peu représentés alors qu'ils sont fréquents dans la population antillaise, population métissée.

Ce dispositif était attendu par les malades antillais qui n’ont pour seul espoir de guérison que la greffe de moelle. En effet, ces patients ne trouvaient pas de donneur compatible dans les registres nationaux et internationaux où les groupes HLA sont peu représentés alors qu’ils sont fréquents dans la population antillaise, population métissée.


Les indications de greffe de moelle osseuse

Sont en attente de greffe de moelle osseuse, les malades enfants ou adultes, dont la moelle osseuse ne fonctionne plus « aplasie » ou est envahie par des cellules cancéreuses « leucémie ». Il faut alors la remplacer par une moelle saine provenant d’un individu identique au niveau des groupes tissulaires HLA. C’est parmi les frères et les soeurs que l’on trouve le plus facilement des individus ayant le même groupe tissulaire ou encore parmi les individus issus des mêmes origines génétiques ; mais les registres traditionnels répertorient peu de groupes HLA de la population antillaise.


S’inscrire sur le registre

Le CHU de Fort-de-France invite toute personne âgée de 18 à 50 ans à devenir donneur de moelle. Pour ce faire le donneur doit s’adresser à Antilles Don de Moelle au 05.96.55.24.50 ou par e.mail : href= »mailto:AntillesDonDeMoelle@chu-fortdefrance.fr ».
Il sera ensuite convoqué à un rendez-vous pour un examen médical et pour une prise de sang afin de déterminer son groupage tissulaire HLA et les marqueurs infectieux des maladies transmissibles (hépatites, VIH&)
Si le bilan ne montre pas de contre-indication, le donneur figurera sur le registre antillais qui est relié au registre national des donneurs volontaires de France Greffe de Moelle, lui même en communication avec les registres internationaux.


Procédure pour donner sa moelle osseuse

La chaîne du don ne se limite pas aux frontières d’un territoire. Un donneur est susceptible de donner une fois dans sa vie sa moelle à un patient d’un autre pays. Si un donneur martiniquais a la même identité HLA qu’un malade, le donneur devra  dans un premier temps- se rendre à Paris, à l’Institut Gustave Roussy ; les frais d’hospitalisation et de déplacement étant en charge par France Greffe de Moelle. Le don restera anonyme mais le donneur pourra avoir des nouvelles du greffé.
Pour que la greffe réussisse, la moelle osseuse greffée et le corps du malade doivent s’accepter mutuellement. C’est pourquoi il faut greffer au malade une moelle aussi identique que possible à la sienne.


« Le registre est le seul espoir pour les 70% de malades qui n’ont pas de donneurs HLA identiques dans leur fratrie et qui ont besoin d’une greffe de moelle. Il faut un très grand nombre de donneurs potentiels pour qu’un malade antillais ait une chance de trouver un donneur compatible » explique le Dr O. Bera.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.