Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La vidéotransmission d’interventions chirurgicales

La vidéotransmission appliquée à la chirurgie endovasculaire : un outil pédagogique innovant et efficace. Au CHU de Reims, la chirurgie endovasculaire représente 40% de la chirurgie artérielle. Cette technique permet de traiter de nombreuses lésions telles que les anévrismes de l'aorte, les artères rénales, viscérales, les rétrécissements de la bifurcation carotidienne -une application en cours d'évaluation dans le service de chirurgie vasculaire et angiologique du CHU de Reims (reconnu comme le pionnier en ce domaine au niveau national).

La vidéotransmission appliquée à la chirurgie endovasculaire : un outil pédagogique innovant et efficace.
Au CHU de Reims, la chirurgie endovasculaire représente 40% de la chirurgie artérielle. Cette technique permet de traiter de nombreuses lésions telles que les anévrismes de l’aorte, les artères rénales, viscérales, les rétrécissements de la bifurcation carotidienne -une application en cours d’évaluation dans le service de chirurgie vasculaire et angiologique du CHU de Reims (reconnu comme le pionnier en ce domaine au niveau national).

Pour le patient fragile ou âgé, la chirurgie endovasculaire comporte moins de risque qu’une chirurgie conventionnelle. D’autre part,  » l’incision percutanée étant très limitée, la personne opérée ne ressent quasiment pas de douleurs post-opératoires. Elle reprend rapidement ses activités  » explique le Pr Clément, chef du service. Cette intervention est même envisagée en ambulatoire.

Apprendre les gestes dans le cadre du Diplôme Universitaire (DU) de chirurgie endovasculaire
La pratique de cette technique nécessite une grande maîtrise professionnelle. La manipulation du matériel, les actes à effectuer, les gestes pratiques doivent être bien assimilés. La démonstration est essentielle et la vidéo apporte un accompagnement visuel pédagogique de premier plan.

Une pédagogie fondée sur la vision en temps réel d’une intervention et sur l’interactivité
Les interventions sont retransmises depuis le bloc opératoire vers une salle de cours adjacente. 25 à 30 étudiants et praticiens suivent l’intervention et peuvent à tout moment poser des questions au chirurgien qui est équipé d’une oreillette et d’un micro. Les vidéos peuvent également être retransmises et commentées aux élèves qui sont également informés des contrôles échographiques réalisés par les angiologues après les opérations de la veille pour vérifier la réussite des interventions.

Au dire du Dr Sébastien Causse, praticien hospitalier, un ancien élève devenu chirurgien et enseignant, cet enseignement est très efficace, il pourrait être adapté à d’autres chirurgies et même se faire à distance. Un projet est à l’étude pour retransmettre les interventions à l’Institut Régional de Formation du CHU de Reims et plus tard, vers des sites extérieurs nationaux et internationaux.


 » La vidéotransmission nécessite une parfaite entente entre le chirurgien qui opère tout en expliquant l’intervention et le caméraman qui doit filmer, au dessus de l’épaule du praticien, l’ensemble du champ opératoire jusqu’aux détails techniques, permettant aux participants du séminaire de suivre chacun des gestes. L’image transmise par l’appareil de scopie sur un second écran prend ensuite le relais pour montrer ce qui se passe à l’intérieur du corps : progression d’une sonde, d’une injection..  » commente Denis Germain – cadreur caméra

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.