Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’alimentation du bébé a des conséquences sur la santé de l’adulte

L'exposition ou la carence de nutriments dans la période périnatale laisse une "empreinte métabolique » qui aurait des conséquences sur la santé de l'adulte. L'impact à long terme des nutriments sur la santé fait l'objet d'études poussées par les chercheurs de l'unité de physiologie des adaptations nutritionnelles : l'unité PhAN, partie intégrante de l'institut des maladies de l'appareil digestif (Imad).

L’exposition ou la carence de nutriments dans la période périnatale laisse une « empreinte métabolique » qui aurait des conséquences sur la santé de l’adulte. L’impact à long terme des nutriments sur la santé fait l’objet d’études poussées par les chercheurs de l’unité de physiologie des adaptations nutritionnelles : l’unité PhAN, partie intégrante de l’institut des maladies de l’appareil digestif (Imad).

L’exposition ou la carence de nutriments dans la période périnatale laisse une « empreinte  » métabolique qui aurait des conséquences sur la santé de l’adulte.
Le saviez-vous ? Le foetus triple son poids au cours du dernier trimestre de la grossesse. Devenu bébé, il multiplie à nouveau son poids par 3 au cours de sa première année de vie. Si l’importance de la nutrition périnatale est connue de longue date, s’y ajoutent désormais des enjeux de santé publique. On sait en particulier qu’une dénutrition du foetus augmente sa prédisposition à de nombreuses maladies à l’âge adulte : obésité, maladies cardiovasculaires, diabète, hypertension ou encore cancer. De même, l’alimentation du bébé dès ses premiers mois de vie influerait sur les risques d’obésité ou de diabète. C’est ce que l’on appelle  » l’empreinte nutritionnelle « .

PhAN d’empreinte nutritionnelle
Co-dirigée par le professeur Dominique Darmaun (en charge de l’assistance nutritionnelle au sein du service d’hépato-gastroentérologie du CHU de Nantes) et Martine Champ (directrice adjointe), l’unité PhAN s’intéresse à ces mécanismes de programmation de l’individu en devenir. En effet, si l’empreinte nutritionnelle a été mise en évidence dans le rein et le pancréas, il est hautement probable qu’elle touche l’ensemble des organes, en particulier sur deux organes qui jouent un rôle crucial dans la nutrition : le tube digestif d’une part, porte d’entrée des apports nutritionnels, et l’hypothalamus, d’autre part, où sont situés les centres régulant notre appétit.

Les mécanismes mis en jeu sont très mal connus
Pour répondre à ces questions, l’unité a développé des modèles animaux permettant de reproduire ces manipulations nutritionnelles périnatales. Les équipes s’appuient sur ces modèles pour explorer, les uns, la piste de modifications à long terme de la régulation de la prise alimentaire (équipe 1), les autres équipes 2 et 3), les effets de cette alimentation précoce sur la maturation du côlon, organe impliqué dans la défense de l’organisme contre les agents nocifs de l’environnement. Par ailleurs, la présence de néonatologistes au sein de PhAN (équipe 4) permet de valider chez le nourrisson humain les découvertes réalisées par les trois autres équipes chez l’animal et, en s’appuyant sur le centre d’investigation clinique (CIC) et un réseau régional de suivi des prématurés, de déterminer les effets des apports nutritionnels des premières semaines de vie sur la croissance, le développement et les fonctions intestinales de cohortes de nouveau-nés humains.

PhAN développe de nombreuses collaborations au niveau régional, national et international avec différents laboratoires (Inserm, Inra, école nationale vétérinaire…) et des instituts de recherche. L’unité participe également à des pôles et des réseaux d’excellence (pôle Nantes alimentation nutrition – PONAN et centre de recherche en nutrition humaine -CRNH).

Les travaux de l’unité PhAN s’inscrivent dans la démarche de prévention de pathologies graves – obésité, maladies inflammatoires de l’intestin, cancer du côlon de l’adulte – via l’élaboration de recommandations d’apports nutritionnels dans les préparations pour nourrissons comme dans l’alimentation de l’adulte.

Les équipes de recherche de l’UMR PhAN
Équipe 1 : Programmation nutritionnelle du système nerveux central (animée par Patricia Parnet DR2 Inra)
Équipe 2 : Nutrition néonatale et maturation de la barrière intestinale (co-animée par le professeur Dominique Darmaun et Martine Champ DR2 Inra)
Équipe 3 :Adaptation nutritionnelle de la muqueuse colique – réponses métaboliques et géniques (animée par Jean-Pierre Segain CR1 Inra)
Équipe 4 : Recherche clinique et nutrition néonatale (animée par le professeur Jean-Christophe Rozé chef du service de néonatologie et de réanimation pédiatrique au CHU de Nantes).

Depuis septembre, cette unité mixte de recherche (UMR) de physiologie des adaptations nutritionnelles (PhAN) occupe ses nouveaux locaux, situés sur le site Hôtel Dieu du CHU de Nantes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”