Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
1 nouveau-né francilien sur 5 vient au monde à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris ! Acteur majeur en obstétrique, néonatalogie et pédiatrie notamment dans la prise en charge des grossesses à risque et de la grande prématurité, l’AP-HP vient de porter ses capacités d’accueil à près de 40 000 naissances par an. L’institution aux 14 maternités a également réorganisé son offre voire reconstruit certains cites comme le centre Femme-Mère-Enfant de l’hôpital Louis Mourier (92). Cet établissement de 15 000 m2 compte 106 lits au total et réalise 2 700 accouchements par an. Son inauguration s’est déroulée le 23 mai 2011, suivront Cochin avant la fin de l’année et Necker en 2012. Ce renforcement répond aux impératifs démographiques. Avec un taux de natalité supérieur de 3 points à la moyenne nationale (15.4 contre 12,8 pour mille en 2008) l’Ile de France a enregistré un record de naissances en 2010 : 187 000 (20% des nouveau-nés français). Le baby boom étant plus fort dans les Hauts-de-Seine et en Seine-Saint-Denis, l’AP-HP a aussi veillé à mieux répartir son offre de soins dans ces départements jusqu’alors moins bien dotés que Paris et la petite couronne.

1 nouveau-né francilien sur 5 vient au monde à l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris ! Acteur majeur en obstétrique, néonatalogie et pédiatrie notamment dans la prise en charge des grossesses à risque et de la grande prématurité, l’AP-HP vient de porter ses capacités d’accueil à près de 40 000 naissances par an. L’institution aux 14 maternités a également réorganisé  son offre voire reconstruit certains cites comme le centre Femme-Mère-Enfant de l’hôpital Louis Mourier (92). Cet établissement de 15 000 m2 compte 106 lits au total et réalise 2 700 accouchements par an. Son inauguration s’est déroulée le 23 mai 2011, suivront Cochin avant la fin de l’année et Necker en 2012. Ce renforcement répond aux impératifs démographiques. Avec un taux de natalité supérieur de 3 points à la moyenne nationale (15.4 contre 12,8 pour mille en 2008) l’Ile de France a enregistré un record de naissances en 2010 : 187 000 (20% des nouveau-nés français). Le baby boom étant plus fort dans les Hauts-de-Seine et en Seine-Saint-Denis, l’AP-HP a aussi veillé à mieux répartir son offre de soins dans ces départements jusqu’alors moins bien dotés que Paris et la petite couronne.
Inauguré  le 23 mai 2011 après 5 ans de travaux, le centre Femme-Mère-Enfant de l’hôpital Louis Mourier (AP-HP) dispose d’une maternité de type III et se présente comme l’établissement de référence du nord des Hauts-de-Seine pour les patientes en gynécologie–obstétrique et pour les enfants, de la naissance à l’adolescence. Marqué par de fortes inégalités, ce territoire de santé qui s’étend sur les communes de Gennevilliers, Colombes, Bois-Colombes, Asnières et la Garennes-Colombes compte 12 000 naissances par an pour 700 000 habitants répartis sur 13 communes.
Au centre Femme-Mère-Enfant de l’hôpital Louis Mourier, le suivi de la mère et de son enfant se fait dans une unité de lieu. Pensées pour le bien-être des futures mamans, les salles de naissance confortables et harmonieuses sont propices à la relaxation. Elles disposent de lits multi-positions, de baignoire de relaxation, de ballons et cordes pour soulager et faciliter le travail – notamment pour celles qui ont choisi de ne pas avoir recours à la péridurale, option fréquente chez les femmes originaires d’Afrique noire.
L’éclairage tamisé et la musique calme et douce créent une ambiance calme et détendue.

Les multiples compétences réunies au centre Femme-Mère-Enfant de l’hôpital Louis Mourier (AP-HP)

Le centre regroupe les trois activités des services de gynécologie-obstétrique, de néonatalogie et de pédiatrie afin de proposer le meilleur suivi des parturientes et de leurs nouveau-nés. Il assure aussi un accompagnement adapté aux enfants à risque de handicap notamment neurologique, détecté lors du diagnostic anténatal. Ses équipes spécialisées prennent en charge les maladies héréditaires ou chroniques à début néonatal et conduisent des études cliniques.  Le centre dispose également de services de génétique
Le centre développe aussi une expertise en matière de diagnostic anténatal. En partenariat avec les établissements de Pontoise et Argenteuil, Louis Mourier a ouvert un centre pluridisciplinaire de diagnostic prénatal Léonard de Vinci (CPDPN) où les experts assurent un dépistage complet en cas de suspicion de maladie ou de handicap du foetus, un dépistage.
Cette prise en charge peut déboucher sur un traitement anténatal ou périnatal (médecine foetale), et parfois malheureusement sur une interruption médicale de la grossesse (IMG). L’hôpital Louis-Mourier dispose par ailleurs d’une unité référente en foetopathologie, permettant la réalisation d’autopsies.
Autre domaine d’expertise : les maladies de la mère. Si la prise en charge VIH et notamment celle des femmes enceintes séropositives fait partie des activités phares de Louis-Mourier internationalement reconnues depuis 25 ans, la psychiatrie périnatale est un secteur d’expertise en développement plus récent. Grâce à une étroite collaboration avec le service de psychiatrie-addictologie, l’hôpital Louis-Mourier vient d’ouvrir une unité de psychiatrie périnatale.

L’architecture privilégie l’harmonie avec l’environnement

La réalisation de ce projet a été confiée au cabinet d’architectes Atelier 234. Le projet a été suivi par les associés Jean MAS et François ROUX. Le concept architectural vise à favoriser une sensation de confort et d’environnement harmonieux par un traitement soigné de l’éclairement naturel.
De ce fait, le centre périnatal est ouvert sur un jardin central de plus de huit mètres de large, relié en équerre au reste de l’hôpital. Outre la grande faille-jardin créée entre l’hôpital et le pôle périnatalité, des patios, de taille et proportions diverses, ont été créés pour faire descendre la lumière. Par ailleurs, des éclairages zénithaux ou en partie supérieure de volumes complètent, partout où cela est possible, les apports de lumière et les vues sur le ciel.
Le coût total des travaux représente un investissement de 46 millions €, dont 6.2 millions d’€ accordés dans le cadre du plan de financement hôpital 2007

Chiffres clés du centre Femme-Mère-Enfant de l’hôpital Louis Mourier

• 2800 accouchements par an (objectif 2011)
• 10 lits de réanimation néonatale
• 14 lits de soins intensifs,
• 14 lits de néonatalogie dont 4 lits « mère-enfant » (maman accompagnant le bébé)
• 68 chambres individuelles de gynéco-obstétrique dont 4 lits « mère-kangourous »
(maman hospitalisée avec le bébé)
• 10 box de consultation,
• 3 box d’urgences de gynécologie
• 6 salles de naissances et 3 salles de pré-travail
• 1 salle de réanimation-bébé
• 1 centre IVG, 1 PMI et 1 centre de planification
• 2 salles de bloc opératoire (sur les 7) dédiées à la gynécologie-obstétrique
médico-chirurgical-digestif, 1 salle de surveillance post-interventionnelle
• 1 biberonnerie
Accouchements à l ‘Hôpital Louis-Mourier : 17% des accouchements dans les hauts de Seine soit 2 620 (dont jumeaux : 76 et triplés : 5). L’hôpital Louis-Mourier représente 1/3 des nouveaux-nés hospitalisés dans les établissements du nord des Hauts de Seine dont 44% sont admis en réanimation néonatale.

Les 14 maternités de l’AP-HP ont réalisé  38 500 accouchements en 2010

– une maternité de type I : Beaujon,
– six maternités de type II : Jean-Verdier, Saint-Antoine, Tenon, Pitié-Salpêtrière, Bichat, Lariboisière ;
– sept maternités de type III : Antoine-Béclère, Cochin/Saint-Vincent-de-Paul, Robert Debré, Necker, Bicêtre, Louis Mourier, Trousseau.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.