Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’AP-HP et la lutte contre le cancer

Inauguration de l'institut de radiothérapie de hautes énergies à l'hôpital Avicenne, ouverture du TEP-SCAN à l'hôpital Saint-Louis, acquisition de nouveaux équipements de mammographie, trois événements qui témoignent de l'engagement de l'AP-HP dans la lutte contre le cancer et de sa volonté de doter ses sites de référence des techniques les plus performantes pour mieux soigner.

Inauguration de l’institut de radiothérapie de hautes énergies à l’hôpital Avicenne, ouverture du TEP-SCAN à l’hôpital Saint-Louis, acquisition de nouveaux équipements de mammographie, trois événements qui témoignent de l’engagement de l’AP-HP dans la lutte contre le cancer et de sa volonté de doter ses sites de référence des techniques les plus performantes pour mieux soigner.

Pôle lourd de cancérologie à l’hôpital Avicenne, l’institut de radiothérapie de hautes énergies coordonne les activités de soins et le traitement par radiothérapie des affections cancéreuses. Son plateau technique de dernière génération comprend un simulateur conventionnel, une salle de planification des traitements, des équipements de dosimétrie fondamentale en 3 dimensions etun accélérateur linéaire de particules. Des liaisons informatiques sont prévues entre l’IRHE et l’Hôpital (plateaux techniques, secteurs d’hospitalisation &) afin d’optimiser la qualité de l’information médicale. L’équipe médicale est aujourd’hui composée de quatre oncologues-radiothérapeutes.
Ce centre est le fruit d’une coopération originale entre l’AP-HP, la société Généridis (Générale de santé) et la société Roseraie qui dispose d’un centre de radiothérapie. Implanté dans un département où la population est particulièrement touchée par le cancer, l’Institut de Radiothérapie de Hautes Energies favorisera le développement d’un réseau cancérologie indispensable dans le nord-est de l’Ile-de-France.

Ouverture du TEP-SCAN à l’hôpital Saint-Louis
Depuis le 25 juin 2004, Saint-Louis est le premier hôpital de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris à disposer d’une configuration associant un tomographe à émissions de positons à un scanner de haute technologie (TEP-SCAN). L’établissement reçoit près de 10 000 patients présentant des pathologies liées au cancer.
Installé au sein du service de médecine nucléaire dirigé par le Professeur Jean-Didier Rain, le TEP-SCAN sera aussi utilisé par des hôpitaux du groupement hospitalier-universitaire nord (Lariboisière, Bichat, notamment, et Avicenne, avant l’installation des TEP-SCAN qui y est prévue) et par des institutions privées engagées dans la lutte contre le cancer.

Installation de sept mammographes
Jusqu’à présents, seuls l’Hôtel Dieu et l’Hôpital européen Georges Pompidou disposaient jusqu’ici d’appareils de mammographie. Grâce à la subvention de la Ville de Paris, pour un montant de 343 000 euros, ce sont aujourd’hui 5 hôpitaux (Rothschild, Saint Louis, Tenon, Necker, Lariboisière) qui bénéficient d’un mammographe. Trois d’entre eux sont d’ores et déjà opérationnels, les appareils de Tenon et Lariboisière étant en cours d’agrément.
Le 29 juin dernier, l’inauguration du mammographe de l’hôpital Saint Louis, en présence de Alain Lhostis, Président suppléant du Conseil d’Administration et de Rose-Marie Van Lerberghe, directrice générale de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, marque l’accélération du dépistage organisé du cancer du sein à l’AP-HP.

La cancérologie à l’AP-HP et sa place au sein de Ile-de- France
Avec plus d’un tiers des hospitalisations complètes pour la cancérologie en Ile-de france, près de 30 % des scéances de chimiothérapie et environ 16% de l’activité de radiothérapie quel que soit l’âge (proportion qui atteind 35 % en pédiatrie), l’AP-HP occupe une place régionale importante dans la prise en charge des patients. La cancérologie représente à l’AP-HP environ 16 % de l’activité d’hospitalisation complète et plus de 45 % de l’hospitalisation partielle. En 2002 l’activité a été de 78 217 séjours (725 558 journées) en hospitalisation complète pour 39 784 personnes et 203 000 scéances et admissions en hôpital de jour pour 22 369 patients (plus 6 % par rapport à 2001).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”