Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’artiste, médiateur entre Dehors-Dedans

Le parc paysager du site de Saint-Barthélémy-d’Anjou invite les résidents du département de soins de suite et de longue durée à la promenade et à l'évasion au rythme des saisons. Durant 6 mois, la plasticienne Nathalie Dubois les a suivis au cœur de ce vaste jardin : « Le point de vue se place depuis la nature – fut-elle très apprivoisée-, vers le centre de soins de suite. On ne part pas de l’intérieur, c’est le dehors qui rentre dans l’intimité de ce lieu. Ce serait le point de départ. La Nature.»
Le parc paysager du site de Saint-Barthélémy-d’Anjou invite les résidents du département de soins de suite et de longue durée à la promenade et à l’évasion au rythme des saisons. Durant 6 mois, la plasticienne Nathalie Dubois les a suivis au cœur de ce vaste jardin : « Le point de vue se place depuis la nature – fut-elle très apprivoisée-, vers le centre de soins de suite. On ne part pas de l’intérieur, c’est le dehors qui rentre dans l’intimité de ce lieu. Ce serait le point de départ. La Nature.»

L’exposition "Dehors-Dedans" présente des dessins et des fragments de la nature collectés par les patients, leurs proches, les hospitaliers ou lors de promenades en groupe. Ces trophées rapportés de l’extérieur sont réinterprétés. Une branche d’acacia, tout juste coupée par l’équipe des espaces verts, fait son entrée dans l’atelier. L’artiste la réanime en la parant de feuilles coupées dans de la gaze. Les chardonnerets entendus par la fenêtre entrent dans le service sous la forme de petites silhouettes découpées dans d’anciennes radiographies. Les arbres du site s’invitent sur les murs de l’espace de création, dessinés à la mine de plomb ou colorés à la chlorhexidine ; ces mêmes arbres qui avaient été identifiés par les patients à l’occasion d’une excursion avec l’artiste dans le parc. Au fil des mois et, parfois, avec des objets du « dedans », Nathalie Dubois réinvestit le « dehors ». Telle une fresque contemporaine, les murs de son atelier recréent la nature environnante, celle que perçoivent les hospitaliers, les patients et leurs proches.

L’exposition ouverte à tous a été réalisée en partenariat avec le Collectif Blast. L’artiste poursuivra son travail de création à Angers en bénéficiant de la mise à disposition d’un atelier pour deux ans.
Et pour prolonger la visite se promener sur le site de Nathalie Dubois

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.