Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’augmentation des chocs toxiques liés aux règles inquiète les chercheurs

Le Centre national de référence des staphylocoques des Hospices Civils de Lyon lance une collecte d'échantillons auprès des femmes utilisatrices de tampons pour faire avancer la recherche sur le syndrome du choc toxique liés aux règles.
Le Centre national de référence des staphylocoques des Hospices Civils de Lyon lance une collecte d’échantillons auprès des femmes utilisatrices de tampons pour faire avancer la recherche sur le syndrome du choc toxique liés aux règles
De 5 cas en 2004 à plus de 20 cas en 2014... le syndrome du choc toxique (SCT) reste rare, mais son augmentation inquiète les scientifiques car ils ne trouvent pas d’explication.
Cette infection grave, potentiellement mortelle, peut survenir au cours des règles lors de l’utilisation de dispositifs vaginaux (tampons, coupes menstruelles) chez des patientes souvent jeunes, en bonne santé et porteuses de la bactérie Staphylococcus aureus productrice de la toxine TSST-1 au niveau vaginal. C’est ce qui est arrivé à l’ancien mannequin Lauren Wasser qui, à l’âge de 23 ans, a dû être amputée d’une jambe et se bat depuis pour faire connaître ce risque.
Lancement de la collecte :  le 19 octobre 2016
Engagé dans la recherche sur cette maladie, le Centre national de référence des staphylocoques des Hospices Civils de Lyon organise une collecte de tampons auprès des femmes qui en ont usage afin de disposer d’un grand nombre d’échantillons bactériens nécessaires à l’avancée de ses travaux. Le lancement de cette collecte a eu lieu mercredi 19 octobre au Centre biologie du centre hospitalier Lyon Sud, en présence du Pr Gérard Lina, responsable du centre national de référence des staphylocoques. A cette occasion, Justine, une jeune femme de 23 ans qui a été victime de la maladie, livrera son témoignage. 

Pour aviser les femmes des dangers du tampon et les inviter à adresser des échantillons afin de faire avancer la recherche, les Hospices Civils de Lyon ont édité un flyer

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.