Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le 1er centre français d’hadronthérapie ouvrira ses portes en 2014

1er Centre Français d'Hadronthérapie et 9ème du Monde, le «Centre ETOILE» scintille à nouveau à l'est de Lyon, sur le site du Bioparc* ! Technique innovante de radiothérapie, deux à trois fois plus efficace que les radiothérapies classiques, l'hadronthérapie utilise les faisceaux d'ions carbone ou de protons pour irradier les tumeurs cancéreuses. Un bénéfice indéniable pour les malades qui se calcule en gains de vies sauvés (250 à 500 vies supplémentaires pour 1000 patients traités), en réduction du handicap et en meilleure qualité de vie. Cependant, malgré l'évidence du bénéfice thérapeutique, le projet lancé en 2001 a connu d'importants retards. Que s'est-il passé ? Quel est l'état d'avancement du programme aujourd'hui ? Quels sont les partenaires ? Les financements sont-ils tous trouvés ? Existe-t-il encore des freins à son lancement ? Le Directeur du Centre Etoile, le Pr Jacques Balosso répond aux questions de RESEAU CHU...

1er Centre Français d’Hadronthérapie et 9ème du Monde, le «Centre ETOILE» scintille à nouveau à l’est de Lyon, sur le site du Bioparc* ! Technique innovante de radiothérapie, deux à trois fois plus efficace que les radiothérapies classiques, l’hadronthérapie utilise les faisceaux d’ions carbone ou de protons pour irradier les tumeurs cancéreuses. Un bénéfice indéniable pour les malades qui se calcule en gains de vies sauvés (250 à 500 vies supplémentaires pour 1000 patients traités), en réduction du handicap et en meilleure qualité de vie. Cependant, malgré l’évidence du bénéfice thérapeutique, le projet lancé en 2001 a connu d’importants retards. Que s’est-il passé ? Quel est l’état d’avancement du programme aujourd’hui ? Quels sont les partenaires ? Les financements sont-ils tous trouvés ? Existe-t-il encore des freins à son lancement ? Le Directeur du Centre Etoile, le Pr Jacques Balosso répond aux questions de RESEAU CHU.


Réseau CHU : L’étoile du centre français d’hadronthérapie a failli disparaître à jamais de l’univers sanitaire français mais aujourd’hui son éclat est ravivé. Sa naissance semble pourtant particulièrement difficile. Pourquoi un tel retard ? Quels sont les facteurs qui permettront à l’étoile de se former complètement ?

Pr. Jacques Balosso : La grande complexité de ce projet dans un univers sanitaire français assez peu enclin aux grands investissements techniques et matériels a ralenti le développement du projet. La détermination du précédent ministre de la santé a permis le lancement de l’appel d’offres en cours actuellement. L’accompagnement gouvernemental actuellement sollicité reste le facteur déterminant pour la réussite du projet.

Tous les freins ont-ils été levés ?
> Un énorme effort de convergence est actuellement mené entre tous les partenaires vitaux pour le projet. Il n’y a plus d’obstacle de principe mais ce mouvement n’est pas encore achevé.

Où en est le projet ? Qui financera cet investissement et son fonctionnement ?
> En cette fin 2009, le projet en est à la dernière phase de dialogue compétitif qui doit préluder à une remise d’offre définitive au tournant 2009-2010. Selon le principe actuel du projet qui est celui d’un contrat de partenariat, l’investissement est pour partie fait par les collectivités territoriales Rhône-alpines, pour partie par l’Etat et majoritairement par le partenaire privé du projet. Le fonctionnement sera assuré par les remboursements des traitements par l’Assurance Maladie selon un tarif conventionné.

Qui bénéficiera d’un traitement par hadronthérapie ?
> Uniquement les patients porteurs de maladies qui auront été reconnues comme des indications d’hadronthérapie (par ions carbone) par la Haute Autorité de Santé et l’INCa pourront être traités après validation au cours d’une concertation pluridisciplinaire spécifique. Le nombre de patients augmentera au cours du temps selon les validations progressives des indications au fur et à mesure du développement de nos connaissances et de l’expérience accumulée.

Comment seront organisés les bâtiments ? Quelles sont les particularités d’un tel Centre ? et de quels équipements sera-t-il doté ?
> Le bâtiment sera indépendant des hôpitaux voisins mais il n’hébergera pas les patients qui viendront de manière ambulatoire. L’ensemble des éléments nécessaires à la réalisation du traitement seront présents : consultation, imagerie, préparation, salle de traitement, surveillance, suivie de la cohorte de patients, recherche clinique, recherche préclinique, laboratoire, salles d’enseignement, documentation et R&D. La part des équipements de haute technologie sera plus importante que dans une structure sanitaire habituelle. Ces équipements comprendront un accélérateur de particules à très haute énergie, des voies de faisceau sous vide, des dispositifs de conduite et de délivrance du faisceau dans différentes salles de traitement. Certaines auront des faisceaux fixes horizontaux et obliques, d’autres rotatifs autour du patient grâce à de grandes superstructures appelées « gantry » pesant plus d’une centaine de tonnes. Il existera des laboratoires de recherche et des locaux d’accueil transitoire pour les équipes de chercheurs extérieurs qui viendront travailler avec le faisceau d’hadrons dans la salle de recherche.

Quelles recherches seront développées au Centre Etoile ?
> Le Centre ETOILE accueillera l’ensemble des recherches qui se développent depuis une dizaine d’années en Rhône-Alpes autour du projet. Toutes ont besoin d’avoir accès aux faisceaux d’ions carbone et / ou aux données des patients. Depuis 2001 huit thèmes de recherche ont été définis et sont rassemblés en un programme nommé Programme Régional de Recherche en Hadronthérapie, largement financé par les Plans Etat-Région. Ces thèmes contribuent à l’optimisation des différentes étapes de prise en charge de la maladie. Lors de l’ouverture du Centre plusieurs équipes, dont une assez grande de radiobiologie, seront accueillies à titre permanent dans le Centre. Le thèmes de recherche du PRRH sont les suivants : 1-Projet médical : indications électives, conduite des essais cliniques, construction du réseau de recrutement ; 2-Simulations médico-économiques : épidémiologie et modélisation du recrutement, modélisation des coûts des traitements, optimisation des flux de patients ; 3-Modélisation in-silico des paramètres de la réponse tumorale, individualisation des traitements ; 4-Physiques: fragmentation nucléaire, rayonnement secondaire et imagerie du volume irradié ; 5-Hadron-biologique : radiorésistance et modélisation de l’EBR ; 6-Simulation du dépôt de dose des ions : algorithmique, calcul rapide et optimisation de la modélisation du dépôt de dose ; 7-Traitement des tumeurs mobiles : mouvement et déformation ; 8-Développements techniques : gantry supraconductrice, modes de balayage du faisceau, instrumentation de contrôle de qualité.

Qu’apportera le Centre Etoile à l’agglomération lyonnaise ?
> Un équipement sanitaire et de recherche unique en France et de visibilité Mondiale. Ce sera un centre très actif qui attirera des médecins, des physiciens, des étudiants et des chercheurs de France et d’Europe. L’accueil d’équipes extérieures de recherche sur sélection de projets fera d’ETOILE à Lyon une étape incontournable de la recherche en hadronthérapie. La part de R&D ne doit pas être oubliée, elle se développera dans un tissu scientifique très porteur en symbiose avec l’Université et la Fondation de Coopération Scientifique « Synergie Lyon Cancer » présente sur le même site en pleine adéquation avec les axes de développement scientifique promus par les tutelles.

Le Groupement de Coopération Sanitaire Etoile

«Je souhaite que le Centre Etoile, premier centre français d’Hadronthérapie soit une vitrine pour les soins innovants et pour les technologies d’avant-garde. Ce projet de très grande envergure dispose du soutien de la ville de Lyon et de sa communauté urbaine pour rayonner au niveau européen. Il bénéficie aussi de l’appui du conseil général du Rhône et de la région Rhône-Alpes. Et pour mener à terme sa réalisation, un engagement national a été obtenu. Il reste à être amplifié tant en sa qualité de projet national qu’à travers sa dimension européenne. »
Paul Castel, administrateur du Groupement de Coopération Sanitaire Etoile
et Directeur Général des Hospices Civils de Lyon

Fondée en 2007, le Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) Etoile, prépare la construction, le fonctionnement et l’exploitation National du Centre National d’Hadronthérapie. Cette instance qui veille à la destinée du Centre Etoile est composé de 5 établissements : les Hospices Civils de Lyon (HCL), le Centre de lutte contre le Cancer Léon Bérard, le CHU de Grenoble, le CHU de Saint Etienne et l’Institut de Cancérologie de la Loire. Le GCS Etoile est administré par le Directeur Général des HCL, Monsieur Paul Castel et dirigé par le Pr Jacques Balosso, entouré d’une petite équipe de 6 personnes permanentes dont un secrétaire général formé à la direction hospitalière, Monsieur Guillaume Wasmer.

Activité prévisionnelle du Centre et son rayonnement

Le recrutement français qui viendra de l’ensemble du territoire sans aucune discrimination serait suffisant à la viabilité du Centre, néanmoins un recrutement de patients sera proposé aux pays voisins (Catalogne, Suisse et Grande-Bretagne), notamment dans les premières années lorsque les indications seront encore limitées.

Pour plus d’information contacter
Patrick Gavignet
Tél : 04.72.78.89.22
Mobile : 06.62.12.10.74
patrick.gavignet@centre-etoile.org
www.centre-etoile.org

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”