Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le Centre de Ressources Biologiques atout majeur pour la recherche

Le Centre de Ressources Biologiques (CRB)est un atout majeur pour la recherche bourguignonne.Il recueille, étudie, conserve et distribue les matériaux biologiques tout en maintenant des bases de données correspondantes. L'initiative portée par les équipes du CHU de Dijon, le centre régional de lutte contre le cancer Georges-François Leclerc, l'Université de Bourgogne et l'Etablissement français de sang de Bourgogne Franche-Comté a bénéficié du soutien de l'INSERM et de la Direction de l'Hospitalisation et des soins.

Le Centre de Ressources Biologiques (CRB)est un atout majeur pour la recherche bourguignonne.Il recueille, étudie, conserve et distribue les matériaux biologiques tout en maintenant des bases de données correspondantes. L’initiative portée par les équipes du CHU de Dijon, le centre régional de lutte contre le cancer Georges-François Leclerc, l’Université de Bourgogne et l’Etablissement français de sang de Bourgogne Franche-Comté a bénéficié du soutien de l’INSERM et de la Direction de l’Hospitalisation et des soins.

A partir d’une première tumorothèque colorectale créée à l’initiative du Pr Jean Faivre et du Pr Françoise Piard, le CRB a dégagé ses principes de développement : le renforcement des liens entre recherche clinique, recherche épidémiologique et recherche fondamentale et la mutualisation des moyens.
Aujourd’hui, le Centre porte deux projets, l’un sur la caractérisation moléculaire et anatomoclinique des sous-types morphogénétiques des cancers colo-rectaux : étude pronostique sur une base de population, sous la responsabilité du Pr Françoise Piard. L’autre sur la physiopathologie, classification et marqueurs pronostiques des hémopathies malignes, sous la responsabilité du Pr Eric Solary

Le CRB salué par les responsables
« Le remarquable essor de notre recherche offre une chance supplémentaire à nos patients de bénéficier rapidement des techniques et des médicaments les plus innovants. C’est par ailleurs la condition même de l’attractivité de notre site pour les meilleurs médecins, étudiants et chercheurs. déclare le Pr François Brunotte, Doyen de la Faculté de Médecine de Dijon. Le Centre de Ressources Biologiques est une richesse supplémentaire pour le CHU qui pourra entreprendre seul ou dans le cadre de collaborations institutionnelles ou industrielles des recherches sur ces échantillons. »

Organisation du CRB
Unité fonctionnelle du pôle de Recherche Clinique du CHU de Dijon, le CRB est géré par la Direction de la qualité et de la Recherche. Quant aux options scientifiques, comme la décision d’accueillir de nouvelles collections, elles relèvent du comité technique.
Le budget du CRB provient d’une dotation pérenne de la DHOS, d’une subvention du ministère de la recherche et d’un auto-financement du CHU. Ces ressources financent un socle de personnel technique minimal (technicien, informaticien..), les infrastructures de cryo-préservation (3 cuves à azote liquide), un système d’information&
La gestion de la base d’annotations est assurée par le département d’informations médicales.

Schéma type de prise en charge d’un échantillon
Le médecin responsable du prélèvement ouvre une fiche d’annotation dans la base de données du DIM. Rendu anonyme par un algorithme de cryptage, cette fiche contient toutes les informations cliniques pertinentes et les données relatives à l’échantillon. L’échantillon est ensuite transféré dans un laboratoire où il est caractérisé (mesuré en fonction de plusieurs paramètres, extraction d’ADN&)
Cette opération effectuée, les échantillons secondaires sont adressés au Centre Inter-régional de Cryoconservation (CIRC) sur le site de l’Etablissement français de sang pour être congelés en vapeurs d’azote liquide. Le CIRC renseigne en retour la fiche d’annotation (échantillons source ; échantillons fils, caractérisation ; nombre&)

Perspectives
A terme, une partie de l’auto-financement du CRB sera couverte par des activités de prestation de services (cryo-préservation, caractérisation d’échantillons biologiques&) et par la cession d’échantillons à des équipes extérieures ou à des partenaires industriels. La cession sera bien entendu conditionnée par l’accord du responsable de la collection et du comité technique.

D’après un article d’Alain Bonnin publié dans Avis de recherche n°4 septembre 2005

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”