Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le cheval : une expérience positive proposée aux personnes âgées hospitalisées pour dépression

Au CHU de Nîmes, les personnes âgées hospitalisées pour dépression se rendent tous les mardis au domaine équestre de Maruejols pour des séances d’équithérapie. Il s’agit d’une prise en charge thérapeutique, non conventionnelle qui utilise le cheval comme complément du soin. La relation à l’animal est ressentie comme une expérience très positive par les personnes suivies en gérontopsychiatrie comme le démontrent les différentes évaluations conduites en psychologie et en neuropsychologique. Cette approche, répandue en maison de retraite, est innovante pour des patients traités en CHU !
Au CHU de Nîmes, les personnes âgées hospitalisées pour dépression se rendent tous les mardis au domaine équestre de Maruejols pour des séances d’équithérapie. Il s’agit d’une prise en charge thérapeutique, non conventionnelle qui utilise le cheval comme complément du soin. La relation à l’animal est ressentie comme une expérience très positive par les personnes suivies en gérontopsychiatrie comme le démontrent les différentes évaluations conduites en psychologie et en neuropsychologique. Cette approche, répandue en maison de retraite, est innovante pour des patients traités en CHU !
 
La médiation par l’animal : associer soins médicamenteux et non-médicamenteux par le biais d’une activité singulière, validée dans d’autres domaines 
La dépression est une pathologie fréquente chez les séniors, souvent accompagnée d’un risque très élevé suicide. « Cette population est par ailleurs plus résistante aux traitements médicamenteux » souligne Nathalie Bessiere, cadre de santé au CHU de Nîmes. D’où l’importance d’associer les soins conventionnels à une autre forme de soutien. « Intuitivement et cliniquement, nous nous doutions des bienfaits de la démarche. Notre hypothèse de travail reposait sur le postulat que le "prendre soin" de l’animal favoriserait une amélioration de l’estime de soi et de l’humeur, qui sont deux dimensions affectées dans le tableau dépressif » explique Sabrina Jumentier, psychologue-chercheuse, toutes deux à l’initiative du projet

Les bienfaits de l’équithérapie évalués
L’équithérapie est le seul moment où les patients ne sont plus considérés comme des malades. Ce ne sont pas les soignants qui prennent soin d’eux mais eux qui prennent soin des autres, en l’occurrence des animaux. Retrouver le contrôle sur les choses, avoir la sensation de pouvoir aider et de servir l’autre sont autant de gains en estime de soi. 
Pour mesurer l’impact des séances sur le moral des personnes âgées, des grilles pré et post évaluation ont été élaborées par des étudiantes en psychologie pour leur cas de fin d’étude. Les items ont permis de relever si la séance améliorait l’humeur des patients et s’ils ressentaient d’avantage d’émotions positives (enthousiasme, gaité) et moins d’émotions négatives (tristesse, irritabilité). 

Parallèlement une évaluation neuropsychologique dans un contexte extra-hospitalier a pu être conduite. En effet, l’équithérapie est une activité émotionnellement chargée qui a la particularité d’absorber l’attention des patients sans qu’ils aient le sentiment d’être soumis à un examen, diminuant ainsi la charge anxieuse. « A travers les activités proposées au patient, le fait de tresser les chevaux, de les atteler, de passer la sangle dans la boucle, nous pouvons voir efficacement les capacités qui restent » commente Nathalie Bessière. « En service, j’évalue les patients sur un plan cognitif via des tests standards : capacité à mémoriser une information, à la manipuler… Mais cela est un peu dénaturé et réalisé dans un contexte d’examen qui peut être anxiogène. L’équithérapie permet de sortir de ce modèle très classique.» conclut Sabrina Jumentier.

Le bonheur est dans le pré
« Maruejols, c’est le domaine du bonheur. Outre les chevaux, il y a des oies, des chats, des chiens, une truie. Le lieu est magique, nous sommes entourés de champs de verdure et d’oliviers. » décrit Nathalie Bessiere. Les soignants constatent des évolutions notables : « Il y a un avant et un après. Les patients qui arrivaient en pleurs, au cours de la séance sourient, rient, leur regard s’illumine, la maladie n’est jamais évoquée, cela ramène à des souvenirs heureux. C’est extraordinaire. »
Les animaux sont choisis en fonction de leur caractère et de leur compatibilité avec les personnes présentes. Brossage, tressage… « La prise de contact s’effectue autant sur le plan physique qu’émotionnel. Tous les sens sont sollicités et, par la suite, un parcours est réalisé.» indique Sabrina Jumentier.

Les bienfaits des séances se ressentent aussi sur le plan des relations interpersonnelles. De retour dans le service, les personnes qui ont participé ensemble aux séances pendant deux ou trois semaines nouent des liens, privilégient les conversations ensemble et s’assoient le plus souvent côte à côte à table, ce qui peut favoriser la prise des repas.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.