Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le CHU achève la rénovation de l’ensemble de ses blocs

Au terme de 7 années de travaux représentant 7,5 M d'euros d'investissement, le CHU de Limoges dispose de blocs opératoires repensés et aménagés pour apporter le maximum de sécurité à ses patients.

Au terme de 7 années de travaux représentant 7,5 M d’euros d’investissement, le CHU de Limoges dispose de blocs opératoires repensés et aménagés pour apporter le maximum de sécurité à ses patients.

Le CHU de Limoges a entrepris depuis plusieurs années de conduire tous les travaux nécessaires non seulement pour répondre aux nouvelles normes, mais surtout, pour apporter le maximum de sécurité à ses patients. Un projet représentant un investissement de 7,5 M d’euros – coût des travaux et de l’acquisition des équipements biomédicaux et paramédicaux sur les 3 grandes phases du projet.

Au terme de ces 7 dernières années, les équipes techniques et médicales ont donc travaillé ensemble pour relever un double défi :
– disposer d’une zone bloc opératoire encore plus sûre pour les patients et les personnels,
– poursuivre l’activité en maintenant une exigence très haute de qualité et de sécurité des actes opératoires.

Deux objectifs désormais atteints.

Le CHU de Limoges dispose à présent de 23 salles sur l’hôpital Dupuytren (et de 6 autres à partir du 15 janvier sur l’hôpital de la mère et de l’enfant).

23 salles qui ont été conçues pour accroître les garanties de sécurité des interventions : schéma d’organisation du circuit des patients, des personnels, des matériels propres et sales, scénarii de gestion des flux médicaux, choix des équipements électriques, de traitement et de maîtrise des flux d’air… tout a été planifié pour atteindre un très haut niveau de prestation.

Vastes et fonctionnelles, les dernières salles rénovées répondent aussi aux besoins d’une chirurgie en pleine évolution. Leur architecture, leur volume, leur isolation et leur équipement (informatique et médicale) autorisent ainsi une future prise en charge de la chirurgie des mouvements anormaux.

Les chirurgiens et anesthésistes, les services techniques et le responsable nosocomiovigilance de l’établissement, ont aussi permis par les nombreux dispositifs exceptionnels ou continus mis en place (cloisonnement hermétique des salles en travaux, rapports d’incidences sur sites opératoires…) de maintenir une activité opératoire sûre.

Cette rénovation améliore l’accueil des patients en général, grâce à la mise en place d’une organisation adaptée dans le cadre de la chirurgie ambulatoire (OPH +ORL), et respecte les normes d’hygiène inhérentes à l’organisation et au bon fonctionnement d’un bloc opératoire moderne.

Contact
Pr Bernard Descottes – président de la commission médicale d’établissement et de la commission des blocs opératoires

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.