Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le CHU achève la rénovation de l’ensemble de ses blocs

Au terme de 7 années de travaux représentant 7,5 M d'euros d'investissement, le CHU de Limoges dispose de blocs opératoires repensés et aménagés pour apporter le maximum de sécurité à ses patients.

Au terme de 7 années de travaux représentant 7,5 M d’euros d’investissement, le CHU de Limoges dispose de blocs opératoires repensés et aménagés pour apporter le maximum de sécurité à ses patients.

Le CHU de Limoges a entrepris depuis plusieurs années de conduire tous les travaux nécessaires non seulement pour répondre aux nouvelles normes, mais surtout, pour apporter le maximum de sécurité à ses patients. Un projet représentant un investissement de 7,5 M d’euros – coût des travaux et de l’acquisition des équipements biomédicaux et paramédicaux sur les 3 grandes phases du projet.

Au terme de ces 7 dernières années, les équipes techniques et médicales ont donc travaillé ensemble pour relever un double défi :
– disposer d’une zone bloc opératoire encore plus sûre pour les patients et les personnels,
– poursuivre l’activité en maintenant une exigence très haute de qualité et de sécurité des actes opératoires.

Deux objectifs désormais atteints.

Le CHU de Limoges dispose à présent de 23 salles sur l’hôpital Dupuytren (et de 6 autres à partir du 15 janvier sur l’hôpital de la mère et de l’enfant).

23 salles qui ont été conçues pour accroître les garanties de sécurité des interventions : schéma d’organisation du circuit des patients, des personnels, des matériels propres et sales, scénarii de gestion des flux médicaux, choix des équipements électriques, de traitement et de maîtrise des flux d’air… tout a été planifié pour atteindre un très haut niveau de prestation.

Vastes et fonctionnelles, les dernières salles rénovées répondent aussi aux besoins d’une chirurgie en pleine évolution. Leur architecture, leur volume, leur isolation et leur équipement (informatique et médicale) autorisent ainsi une future prise en charge de la chirurgie des mouvements anormaux.

Les chirurgiens et anesthésistes, les services techniques et le responsable nosocomiovigilance de l’établissement, ont aussi permis par les nombreux dispositifs exceptionnels ou continus mis en place (cloisonnement hermétique des salles en travaux, rapports d’incidences sur sites opératoires…) de maintenir une activité opératoire sûre.

Cette rénovation améliore l’accueil des patients en général, grâce à la mise en place d’une organisation adaptée dans le cadre de la chirurgie ambulatoire (OPH +ORL), et respecte les normes d’hygiène inhérentes à l’organisation et au bon fonctionnement d’un bloc opératoire moderne.

Contact
Pr Bernard Descottes – président de la commission médicale d’établissement et de la commission des blocs opératoires

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”