Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
La prise en charge nécessite d'être toujours plus expliquée et humanisée et les associations, souvent constituées de malades, d'anciens malades ou de leurs proches, mais aussi de personnels hospitaliers, jouent un rôle essentiel dans cette information. Partant de ce constat, le CHU de Limoges vient d'ouvrir un espace dédié aux usagers, qu'une trentaine d'associations animent à tour de rôle.

La prise en charge nécessite d’être toujours plus expliquée et humanisée et les associations, souvent constituées de malades, d’anciens malades ou de leurs proches, mais aussi de personnels hospitaliers, jouent un rôle essentiel dans cette information. Partant de ce constat, le CHU de Limoges vient d’ouvrir un espace dédié aux usagers, qu’une trentaine d’associations animent à tour de rôle.

Il existe plus de 100 associations qui interviennent auprès des patients hospitalisés ou suivis par les services du CHU de Limoges. Leur rôle et leur place auprès des malades et de tous ceux qui constituent leur entourage affectif, social, géographique sont essentiels. Cette maison des usagers symbolise l’affirmation des droits des malades, et favorise l’écoute et le dialogue avec les associations et le CHU.

Cette Maison des usagers située dans le couloir principal du hall de l’hôpital Dupuytren accueille les patients, informe le public, invite à la rencontre et à la réflexion éthique de toute la communauté hospitalière. Elle facilite aussi la coordination des réseaux de soignants, des réseaux ville-hôpital et de bénévoles, et participe à la résolution des problèmes ou malentendus pouvant survenir pendant une prise en charge. La Commission de relation avec les usagers y a donc également trouvé sa place pour y tenir des permanences régulières.

Au-delà, cet espace a vocation à être un lieu de convivialité et son agencement a été pensé pour cela : des banquettes confortables, un écran géant connecté à internet pour que les association puissent y diffuser des vidéos, des photos, des messages de prévention ou d’information, des présentoirs avec des plaquettes…

Une inauguration officielle en présence des représentants des associations, de la direction générale et de la commission des relations avec les usagers aura lieu à la fin du mois. Mais certaines associations se réjouissent déjà de l’existence de cet espace récemment ouvert : ainsi, l’ADOT (Association pour le Don d’Organe et de Tissus humains) qui y a déjà réalisé 7 fois plus de cartes de donneurs depuis son ouverture qu’en un an et demi de permanence dans son ancien local situé sur le même hôpital !

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.