Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Limoges, le CHU le plus dynamique en prélèvement de reins

17 octobre, journée mondiale du don d'organes et de la greffe - Le CHU de Limoges rend hommage à ses équipes préleveuses pour leurs performances nationales. A leur actif, le plus grand nombre de prélèvement par million d’habitants et par région. Un dynamisme qui bénéficie à des milliers de patients en attente d’une greffe, bien au-delà des frontières du Limousin.

17 octobre, journée mondiale du don d’organes et de la greffe –  Le CHU de Limoges rend hommage à ses équipes préleveuses pour leurs performances nationales. A leur actif, le plus grand nombre de prélèvement par million d’habitants et par région. Un dynamisme qui bénéficie à des milliers de patients en attente d’une greffe, bien au-delà des frontières du Limousin.
Le constat est alarmant : des milliers de patients subissent l’angoisse de l’attente d’une greffe rénale. En cause, le déficit d’information du grand public sur le don d’organes, trop faible activité de prélèvements rénaux en France. C’est pourquoi, en parallèle aux actions de promotion du don d’organes, le CHU de Limoges met aujourd’hui à l’honneur ses équipes très impliquées dans le prélèvement rénal, qui se distinguent par leur activité. Avec un peu plus de 48 prélèvements par million d’habitants, le Limousin est la région de France qui a le plus fort taux de personnes prélevées au regard de sa population. Un résultat obtenu grâce l’implication forte de ses équipes dans la promotion du don, et dans la mise en place d’organisations logistiques complexes.
Le prélèvement d’organes est un acte chirurgical effectué au bloc opératoire, dans les mêmes conditions et avec le même soin que pour une personne en vie…mais dans un  temps contraint entre le moment où l’organe est prélevé et le moment où il est greffé. La logistique nécessaire est très lourde et nécessite la motivation de tous. Bien sûr, le refroidissement du greffon réduit très nettement le métabolisme… mais il ne l’arrête pas totalement. Le temps d’ischémie froide supportée par des reins est compris entre 24 et 72h, mais la récupération sera d’autant meilleure que ce temps d’ischémie froide sera réduit.
Le Dr Nicolas Pichon, responsable de la Coordination Hospitalière de Prélèvements d’Organes et de Tissus (CHPOT) au CHU de Limoges se réjouit surtout de ce que permettent ces prélèvements : « En 2011 et 2012, 110 greffons rénaux prélevés localement sur donneur décédé à cœur battant ont pu être greffés à travers la France entière. 65% des greffons prélevés ont permis des greffes dans d’autres régions (28 en Midi-Pyrénées, 18 en Ile de France, 14 en Aquitaine et 11 dans d’autres régions) et 35% en Limousin. » A la tête du service de néphrologie qui réalise les greffes au CHU de Limoges,  le Pr Marie-Essig vante le mérite des équipes : « C’est simple, si le taux de prélèvement de reins était équivalent à celui du Limousin dans toutes les régions, le temps d’attente avant une greffe serait largement diminué et la capacité de greffe en France* serait quasiment doublée. Si l’ensemble des régions françaises prélevait 48 donneurs par million d’habitants, ce sont près de 3 000 personnes de plus par an qui pourraient bénéficier d’une greffe rénale !»
Promouvoir le don d’organes, en Limousin comme partout en France. Parallèlement aux actions d’information classiques menées par l’Agence de la biomédecine sur tout le territoire, le CHU de Limoges s’emploie à créer des formats originaux pour promouvoir le don d’organes et le prélèvement de cette ressource indispensable mais tellement rare qu’est greffon: une exposition vente au profit d’association œuvrant en faveur du don avec des artistes contemporains venus de toute la France réunis par Anne Valérie Paris Gallery en 2012, des stands avec posters et plaquettes adaptés pour des actions de sensibilisation en milieu étudiant en 2013, une action spécifique d’information auprès des jeunes des maisons de quartier de l’agglomération en 2013, des actions annuelles d’information des plus jeunes dans les collèges et lycées de la région, une action de promotion auprès de l’école de rugby de la ville en 2013 …

Greffes, données France 2012 
o        plus de 12 000 personnes ont attendu une greffe de rein
o        le temps médian d’attente pour une greffe rénale est de 23,2 mois
o        3 044 greffes rénales ont été réalisées
     

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.