Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nancy partenaire d’une enquête européenne sur le vécu des personnes obèses

Pour la 1re fois en Europe, parole est donnée, à une large échelle, aux personnes adultes (18 ans et plus) en surpoids ou obèses, à l’occasion des Journées européennes de l’obésité des 8 et 9 juin 2012. Le CHU de Nancy, l’Université de Lorraine, le CHU et l’Université de Liège lancent une grande enquête interrégionale sur le vécu du surpoids et de l’obésité. Les personnes concernées peuvent s’exprimer, via un questionnaire en ligne anonyme et gratuit sur la manière dont elles vivent « avec leurs kilos en trop »...

Pour la 1re fois en Europe, parole est donnée, à une large échelle, aux personnes adultes (18 ans et plus) en surpoids ou obèses, à l’occasion des Journées européennes de l’obésité des 8 et 9 juin 2012. Le CHU de Nancy, l’Université de Lorraine, le CHU et l’Université de Liège lancent une grande enquête interrégionale sur le vécu du surpoids et de l’obésité. Les personnes concernées peuvent s’exprimer, via un questionnaire en ligne anonyme et gratuit sur la manière dont elles vivent «avec leurs kilos en trop», leurs représentations, leurs valeurs, leurs besoins et leurs attentes.
Si les mécanismes biologiques de l’obésité sont de mieux en mieux cernés (prédisposition biologique génétique ou épigénétique et forte influence de l’environnement), on ne sait pas bien comment les personnes vivent et ressentent ce qui peut, dans certains cas, s’apparenter à une maladie. L’enquête a donc pour spécificité – et c’est son originalité – de replacer la personne au centre du questionnement : ce n’est pas la « maladie » qui intéresse les enquêteurs mais la « personne ».
L’étude mise en place successivement en Wallonie, en Lorraine et au Luxembourg, sera étendue ensuite dans les 3 pays jusqu’à fin septembre 2012. Objectif : récolter au moins 8000 réponses. Accessible depuis quelques jours, le site www.monavisadupoids.eu a déjà permis à 2000 personnes de compléter le questionnaire – 10 minutes environ suffisent pour y répondre. Les données collectées sont centralisées et analysées à Liège avec la collaboration des partenaires luxembourgeois et français.
L’analyse des résultats aboutira en janvier 2013 à des recommandations adressées aux acteurs publics en matière de prévention, de prise en charge et de lutte contre la stigmatisation de la personne obèse. Une participation la plus large possible apportera des résultats riches en enseignements pour une meilleure compréhension de cette pathologie complexe et évolutive qu’est l’obésité.
Considérés comme un problème majeur de santé publique, le surpoids et l’obésité touchent une personne sur deux dans les pays occidentaux, le nombre de cas ayant doublé en 30 ans. La Grande Région Est n’échappe pas à cette réalité puisqu’en moyenne 33 % de sa population adulte est en surpoids et un peu plus de 15 % est considérée comme obèse. La situation est également alarmante chez les adolescents (15 à 25% d’entre eux sont en surpoids ou obèses).
Ce projet est mené dans le cadre du programme européen INTERREG IV A Grande Région qui associe des partenaires des 3 régions concernées. Au-delà de l’enquête, ce programme porte la mise en place d’un réseau entre universités, services de recherche, services hospitaliers, associations de professionnels de santé et associations de patients. Le Collectif national des associations d’obèses (CNAO), agréé par le ministère de la santé français, est l’un des partenaires associatifs de l’enquête : il en assure la promotion auprès des associations françaises et du grand public et participera également à l’analyse des données.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”