Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cardiologie : A Nîmes, les patients bénéficient des toutes dernières innovations

Le CHU de Nîmes a effectué deux interventions innovantes en Cardiologie financées par le budget recherche de l’Hôpital. Une première nationale, la pose d’un Stent Biorésorbable au niveau du tronc Coronaire Gauche et une première régionale, la pose d’une prothèse au niveau de l’auricule gauche par voie percutanée

Première nationale : pose d’un Stent Biorésorbable au niveau du tronc Coronaire Gauche
Un patient de 39 ans hospitalisé en urgence au CHRU de Nîmes pour une insuffisance coronarienne instable (syndrome de menace d’infarctus), a pu bénéficier d’une implantation, par l’équipe de Coronarographie du Service, d’un stent biorésorbable au niveau du tronc coronaire gauche. Il s’agit de la première implantation de ce type de stent dans le tronc coronaire gauche en France. Actuellement les lésions situées à ce niveau relèvent souvent d’un traitement chirurgical par pontages coronaires.
La procédure a été réalisée avec le contrôle d’un système d’imagerie intra-coronaire très précis (tomographie à cohérence optique (OCT)) permettant de visualiser et d’optimiser le bon positionnement du stent biorésorbable contre la paroi de l’artère coronaire. Ce dispositif a la particularité de se dissoudre progressivement dans l’organisme pour disparaitre totalement en 24 à 36 mois, permettant une cicatrisation complète de l’artère qui retrouve son élasticité naturelle.
Ces stents constituent une avancée importante en pathologie coronarienne. Ce nouveau dispositif n’est pas encore pris en charge par l’assurance maladie. Le CHRU de Nîmes a prévu le financement de 35 stents biorésorbables pour l’année à venir grâce à son budget recherche et ainsi de faire bénéficier leurs patients d’un accès privilégié à l’innovation thérapeutique.

Première Régionale : pose d’une prothèse au niveau de l’auricule gauche par voie percutanée
Une nouvelle intervention a également été effectuée en Juillet dernier par l’équipe de Rythmologie du Service sur un autre patient qui ne pouvait pas recevoir le traitement angicoagulant habituel. Il s’agit de la première régionale de la fermeture percutanée de l’auricule gauche.  Elle consiste à amener jusqu’au cœur une prothèse, par la mise en place par voie percutanée, sous contrôle permanent par imagerie et par échographie. L’endoprothèse est déployée à l’entrée de l’auricule gauche, ce qui permet de fermer son orifice.
Cette procédure ne nécessite pas de Chirurgie à cœur ouvert et le rétablissement du patient est très rapide grâce aux ouvertures minimes nécessaires à cette intervention. Celle-ci permet de diminuer le risque de formation d’un caillot sanguin chez les patients ayant une arythmie cardiaque (fibrillation atriale) et chez qui un traitement anti coagulant est formellement contre indiqué. Ces caillots se forment avant tout dans l’auricule gauche d’où l’importance de sa fermeture.
Aujourd’hui en France, 21 centres pratiquent cette intervention et 130 prothèses ont déjà été mises en place. Sur les deux CHU de la région, 20 poses de prothèses de ce type sont envisagées pour l’année à venir.
Le service de cardiologie du CHU de Nîmes a développé une expertise particulière dans les techniques interventionnelles grâce notamment aux équipements d’imagerie médicale de pointe.
Regroupant  une salle de coronographie et d’une salle de rythmologie, une unité de soins intensifs cardiaques, une unité de Surveillance Continue Cardiologique, un secteur d’accueil direct en Cardiologie, ainsi qu’une unité d’hospitalisation de 24 lits, le service de cardiologie du CHU de Nîmes a pour vocation la prise en charge globale de l’ensemble de la pathologie cardiaque par des thérapies récentes et innovantes.
En 2013 ce sont 5276 patients qui ont été pris en charge dans ce service avec une durée moyenne de séjour de 2 à 3 jours.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”