Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cardiologie : A Nîmes, les patients bénéficient des toutes dernières innovations

Le CHU de Nîmes a effectué deux interventions innovantes en Cardiologie financées par le budget recherche de l’Hôpital. Une première nationale, la pose d’un Stent Biorésorbable au niveau du tronc Coronaire Gauche et une première régionale, la pose d’une prothèse au niveau de l’auricule gauche par voie percutanée

Première nationale : pose d’un Stent Biorésorbable au niveau du tronc Coronaire Gauche
Un patient de 39 ans hospitalisé en urgence au CHRU de Nîmes pour une insuffisance coronarienne instable (syndrome de menace d’infarctus), a pu bénéficier d’une implantation, par l’équipe de Coronarographie du Service, d’un stent biorésorbable au niveau du tronc coronaire gauche. Il s’agit de la première implantation de ce type de stent dans le tronc coronaire gauche en France. Actuellement les lésions situées à ce niveau relèvent souvent d’un traitement chirurgical par pontages coronaires.
La procédure a été réalisée avec le contrôle d’un système d’imagerie intra-coronaire très précis (tomographie à cohérence optique (OCT)) permettant de visualiser et d’optimiser le bon positionnement du stent biorésorbable contre la paroi de l’artère coronaire. Ce dispositif a la particularité de se dissoudre progressivement dans l’organisme pour disparaitre totalement en 24 à 36 mois, permettant une cicatrisation complète de l’artère qui retrouve son élasticité naturelle.
Ces stents constituent une avancée importante en pathologie coronarienne. Ce nouveau dispositif n’est pas encore pris en charge par l’assurance maladie. Le CHRU de Nîmes a prévu le financement de 35 stents biorésorbables pour l’année à venir grâce à son budget recherche et ainsi de faire bénéficier leurs patients d’un accès privilégié à l’innovation thérapeutique.

Première Régionale : pose d’une prothèse au niveau de l’auricule gauche par voie percutanée
Une nouvelle intervention a également été effectuée en Juillet dernier par l’équipe de Rythmologie du Service sur un autre patient qui ne pouvait pas recevoir le traitement angicoagulant habituel. Il s’agit de la première régionale de la fermeture percutanée de l’auricule gauche.  Elle consiste à amener jusqu’au cœur une prothèse, par la mise en place par voie percutanée, sous contrôle permanent par imagerie et par échographie. L’endoprothèse est déployée à l’entrée de l’auricule gauche, ce qui permet de fermer son orifice.
Cette procédure ne nécessite pas de Chirurgie à cœur ouvert et le rétablissement du patient est très rapide grâce aux ouvertures minimes nécessaires à cette intervention. Celle-ci permet de diminuer le risque de formation d’un caillot sanguin chez les patients ayant une arythmie cardiaque (fibrillation atriale) et chez qui un traitement anti coagulant est formellement contre indiqué. Ces caillots se forment avant tout dans l’auricule gauche d’où l’importance de sa fermeture.
Aujourd’hui en France, 21 centres pratiquent cette intervention et 130 prothèses ont déjà été mises en place. Sur les deux CHU de la région, 20 poses de prothèses de ce type sont envisagées pour l’année à venir.
Le service de cardiologie du CHU de Nîmes a développé une expertise particulière dans les techniques interventionnelles grâce notamment aux équipements d’imagerie médicale de pointe.
Regroupant  une salle de coronographie et d’une salle de rythmologie, une unité de soins intensifs cardiaques, une unité de Surveillance Continue Cardiologique, un secteur d’accueil direct en Cardiologie, ainsi qu’une unité d’hospitalisation de 24 lits, le service de cardiologie du CHU de Nîmes a pour vocation la prise en charge globale de l’ensemble de la pathologie cardiaque par des thérapies récentes et innovantes.
En 2013 ce sont 5276 patients qui ont été pris en charge dans ce service avec une durée moyenne de séjour de 2 à 3 jours.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.