Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le CHUGA délocalise l’accueil de ses Urgences dans un contexte « Hôpital sous Tension »

La direction générale et la commission médicale du CHUGA félicitent l’ensemble du personnel des Urgences qui a fait preuve d’un grand professionnalisme pour adopter un nouveau mode de fonctionnement dans une période d’afflux de patients.

La direction générale et la commission médicale du CHUGA félicitent l’ensemble du personnel des Urgences qui a fait preuve d’un grand professionnalisme pour adopter un nouveau mode de fonctionnement dans une période d’afflux de patients. 

Le Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes (CHUGA) a basculé l’entrée de ses Urgences adultes sur le site Nord (Hôpital Michallon) dans la nuit du 10 au 11 janvier 2017. Une opération réussie dans un contexte délicat, l’établissement ayant déclenché son dispositif « Hôpital Sous Tension » notamment du fait de l’importante épidémie de grippe.  
« Nous avons profité de cette délocalisation pour améliorer l’accueil et la prise en charge des patients et usagers des Urgences, notamment en séparant les flux entre les patients arrivant couchés et les patients arrivant debout » explique Sandrine Brasselet, directrice du Pôle Urgences et Médecine Aigue au CHU Grenoble Alpes.
« Nous avons également mis en place des box d’évaluation permettant aux professionnels soignants de faire un premier diagnostic dans des conditions de confidentialité. Ce nouvel accueil des Urgences nous permet aujourd’hui de revoir notre organisation de travail. C’est aussi un vrai gain de temps dans le parcours de soin des patients » ajoute le Docteur Paquier, responsable des Urgences adultes nord.  
Cette opération de bascule des Urgences s’inscrit dans le cadre d’un vaste chantier de modernisation du CHU Grenoble Alpes avec la construction d’un Nouveau Plateau Technique, un bâtiment ultra performant dédié aux urgences et aux réanimations. Ce programme optimisera l’activité urgences de CHUGA, établissement de référence et de recours des hôpitaux de l’arc alpin qui desservent un bassin de vie de 2 millions de personnes. 
Avec près de 230 000 cas traités par le SAMU, plus de 100 000 passages aux urgences, près de 5 000 interventions au bloc opératoire d’urgence, près de 2 000 sorties héliportées et plus de 1 000 déchocages par an en moyenne, le CHUGA est le centre de référence du réseau de soins en traumatologie de l’arc Alpin. 
L’an dernier, 700 polytraumatisés graves ont ainsi été accueillis au Trauma Center du CHUGA, un chiffre qui fait de ce service dédié aux urgences vitales le premier de France. 
La construction de ce nouveau plateau technique permettra ainsi au CHUGA de maintenir ce niveau d’excellence. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.