Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Chirurgie Ambulatoire : le concept de marche en avant

Ouverte en avril 2015, la nouvelle Unité de Chirurgie Ambulatoire (UCA) du CHRU de Nancy s’organise autour du concept innovant de marche en avant dont les critères spécifiques fluidifient et sécurisent le parcours du patient à chaque étape de sa prise en charge. Située à Brabois, l’UCA accueille en moyenne 40 patients par jour et concerne tous les services chirurgicaux : digestif, dentaire, maxillo-faciale, ophtalmologie, ORL, urologie, vasculaire…, ainsi que l'endoscopie digestive et bronchique et la radiologie interventionnelle.

Ouverte en avril 2015, la nouvelle Unité de Chirurgie Ambulatoire  (UCA) du CHRU de Nancy s’organise autour du concept innovant de marche en avant dont les critères spécifiques fluidifient et sécurisent le parcours du patient à chaque étape de sa prise en charge. Située à Brabois, l’UCA accueille en moyenne 40 patients par jour et concerne tous les services chirurgicaux : digestif, dentaire, maxillo-faciale, ophtalmologie, ORL, urologie, vasculaire…, ainsi que l’endoscopie digestive et bronchique et la radiologie interventionnelle.
Le regroupement des activités de chirurgie ambulatoire jusque-là dispersées, l’harmonisation des pratiques de soins, toutes spécialités confondues, la programmation coordonnée des vacations chirurgicales et d’anesthésie furent les étapes préalables à l’ouverture de cette nouvelle unité de 19 places. Deux salles de bloc opératoire attenantes sont dédiées à l’activité de chirurgie ambulatoire des hôpitaux de Brabois.
Alternative à l’hospitalisation traditionnelle, la prise en charge ambulatoire -entrer le matin à l’hôpital pour en ressortir le soir – s’organise autour de principes et de documents de référence structurants, gages d’une qualité et d’une sécurité des soins optimale comme par exemple l’appel au patient la veille de son intervention et le rappel infirmier le lendemain font partie intégrante de l’acte de soins.

Le concept novateur de « marche en avant » à Nancy

Deux principaux circuits patients ont été identifiés à l’UCA : un premier dédié aux patients assis et le deuxième réservé aux patients allongés, sous anesthésie générale. L’aménagement de l’unité a été totalement repensé avec de larges couloirs communiquant et des espaces de soins et d’attente. Tout a été étudié pour sécuriser et rendre plus fluide le parcours de soins, à l’image des vestiaires à roulettes qui suivent le patient à chaque étape.
En post-opératoire, la salle de collation et le coin salon favorisent une sortie dans des conditions optimales : des espaces meublés de façon très cosy où il n’est pas rare d’entendre les patients sortants partager leurs expériences de vie.
Une relation aux patients intégralement repensée
Le concept de marche en avant change les fondamentaux de la relation au patient. C’est une culture nouvelle à s’approprier, basée sur une pratique clinique plus développée et une pertinence dans les questions et la recherche d’informations. Si l’ambulatoire semble de plus en plus réclamée par les patients, elle apparait également plus avantageuse pour les hospitaliers, améliorant des conditions de travail traditionnellement difficiles avec notamment la suppression des gardes de nuit et des week-ends.
Un axe stratégique majeur du plan de refondation
Le CHRU de Nancy fait du développement de son activité ambulatoire un enjeu majeur de son plan de refondation, levier de l’amélioration du parcours des patients. Au plan national, le CHRU affiche le plus fort taux de progression d’actes chirurgicaux réalisés en ambulatoire sur ces deux dernières années. Sur les 33 700 interventions chirurgicales réalisées en 2014, près de 28% l’ont été en ambulatoire (30,05 % au  premier quadrimestre 2015), dans des conditions de sécurité optimale. A échéance 2017, l’objectif est de réaliser la moitié des actes chirurgicaux en ambulatoire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.