Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le Conseil d’administration vote l’EPRD 2009

Le 27 mars 2009, le Conseil d'Administration de l'AP-HP a adopté l'Etat Prévisionnel des Recettes et des Dépenses (EPRD) 2009 par 27 voix pour et 23 contre.

Le 27 mars 2009, le Conseil d’Administration de l’AP-HP a adopté l’Etat Prévisionnel des Recettes et des Dépenses (EPRD) 2009 par 27 voix pour et 23 contre.

Cet Etat prévisionnel enregistre un déséquilibre de 95,5 millions d’euros (en regard d’un budget de 6,4 milliards d’euros, soit 1,5 % des recettes). Il prend en compte l’effort d’efficience que l’AP-HP doit intensifier dès cette année et jusqu’en 2012 pour maintenir ses grands équilibres économiques tout en continuant à adapter la prise en charge de ses patients aux nouveaux enjeux sanitaires.

Dans ce contexte, les grands chantiers d’efficience engagés (réforme du siège et des fonctions centrales, mise en oeuvre de regroupements d’activités et mutualisations des fonctions support dans la perspective de la création des groupes hospitaliers, nouveau système d’information médical et de gestion etc) devront simultanément contribuer au développement de l’activité qui assure ses recettes (+1,5% prévu en 2009) et à la meilleure maîtrise de ses dépenses. Cet effort d’efficience, partagé entre tous les hôpitaux, les services centraux et généraux, sera soutenu par les nouvelles règles de financement T2A qui s’appliquent cette année et traduisent une meilleure reconnaissance des activités lourdes de CHU et des publics accueillis.

L’amélioration de la qualité et la sécurité des soins restera l’objectif principal de nos hôpitaux et les gains d’efficience traduits dans l’évolution globale des effectifs (soit – 700 ETP sur un effectif non médical total de 70.000 personnes) seront réalisés exclusivement par le non remplacement des départs naturels en préservant l’emploi médical et infirmier.

Par ailleurs, le soutien apporté par les pouvoirs publics permet à l’AP-HP de maintenir en 2009 un niveau élevé d’investissement (600 millions d’euros) nécessaire à la modernisation de la prise en charge de ses patients et de conserver des marges de financement pour accompagner son prochain plan stratégique 2010-2014.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.