Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le CRERA, une dynamique régionale pour la personne avec autisme

Une personne sur 200 présente un autisme ou un trouble apparenté. Le Centre Régional d'Études et de Ressources de l'Autisme des Pays de la Loire (CRERA), qui vient d'être inauguré au CHU d'Angers, a pour ambition d'améliorer les conditions de diagnostic dans la région, d'informer sur les prises en charge et de participer à la recherche.

Une personne sur 200 présente un autisme ou un trouble apparenté. Le Centre Régional d’Études et de Ressources de l’Autisme des Pays de la Loire (CRERA), qui vient d’être inauguré au CHU d’Angers, a pour ambition d’améliorer les conditions de diagnostic dans la région, d’informer sur les prises en charge et de participer à la recherche.

En Pays de la Loire, et pour le seul handicap de l’autisme, ce sont plus de 6 800 personnes qui sont atteintes. L’autisme touche sévèrement au développement de l’individualité et au rapport aux autres. Troubles du contact et des relations sociales, troubles de la communication, comportement répétitifs, intérêts restreints sont autant de facteurs qui mettront la personne en situation de handicap toute sa vie.

La diversité des manifestations de l’autisme et des TED est telle qu’il convient d’évoquer l’autisme au pluriel. De même, sa prise en charge doit être envisagée dans un très large spectre allant de l’accompagnement léger à l’appel aux structures spécialisées, impliquant à la fois les secteurs sanitaire, médico-social et pédagogique.

C’est précisément ce qu’a voulu impulser le « plan autisme 2004-2007 » en prévoyant la création d’un Centre Ressource Autisme par région. Celui des Pays de la Loire, promu par le CHU d’Angers en co-gestion avec l’association Sésame Autisme 44, a récemment ouvert ses portes. Coordonné par le Docteur Guy Dupuis, il dispose d’une antenne sanitaire au CHU d’Angers (49) et d’une antenne médico-sociale à St-Herblain (44).

Le Centre Régional d’Études et de Ressources de l’Autisme des Pays de la Loire (CRERA) s’adresse à la fois aux personnes présentant un autisme ou un TED, à leur famille et aux professionnels. Ce centre a pour ambition d’améliorer les conditions de diagnostic dans la région, d’informer sur les prises en charge et de participer à la recherche.

C’est cette dynamique régionale en faveur de la personne avec autisme qui a été saluée vendredi 11 avril 2008 à l’occasion de l’inauguration du CRERA.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.