Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le dépistage de la surdité du nouveau-né

Depuis le mois d'octobre 2002, un dépistage systématique de la surdité néonatale est assuré au CHR d'Orléans. Dr Aurélie Manceau explique l'intérêt du dépistage précoce.

Depuis le mois d’octobre 2002, un dépistage systématique de la surdité néonatale est assuré au CHR d’Orléans. Dr Aurélie Manceau explique l’intérêt du dépistage précoce.

La surdité se définit par une évaluation du seuil de perception des sons qu’elle qu’en soit le degré. Le nombre de nouveau-nés présentant une déficience auditive est d’environ 2 à 3 pour mille, tandis qu’il peut atteindre les 5 à 7 % pour les bébés admis dans les unités néonatales de soins intensifs, ou ceux faisant partie des catégories à risque en ce qui concerne la déficience auditive (petit poids de naissance, antécédents familiaux de surdité, malformation cranio-faciale, infection foetale& ).

Un dépistage précoce, avant l’âge de six mois, est indispensable pour éviter des retentissements majeurs sur l’acquisition du langage oral, de la parole, de l’articulation et plus tard sur la scolarisation des enfants, par une prise en charge adaptée associant les techniques d’adaptation des prothèses auditives, de l’orthophonie, de l’éducation spéciale, de la guidance parentale et parfois de l’implantation cochléaire.

En France, il n’existe pas actuellement d’organisation générale permettant de réaliser systématiquement ce dépistage à la naissance qui, de fait, n’est réalisé que par quelques équipes. Au CHR d’Orléans, un dépistage systématique de la surdité néonatale, coordonné par le Docteur Caroline Soin, est effectivement mis en place.

Actuellement, deux techniques sont reconnues comme étant utiles pour le dépistage de la surdité du nouveau-né : les potentiels évoqués auditifs (PEA) et la recherche des oto-émissions auditives (OEA).
Les PEA est la plus ancienne et la plus classique des deux techniques. L’examen consiste à recueillir l’activité électrique des centres auditifs du tronc cérébral, les réponses sont déclenchées par une stimulation électrique délivrée au casque. Au CHR d’Orléans, les deux infirmières audiométristes pratiquent cet examen tous les jours dans le service d’ORL, sans anesthésie ni prémédication, en début d’après-midi, après le repas, pour que l’enfant soit le plus calme possible. Il s’agit d’un examen très fiable mais non adapté au dépistage systématique du fait de sa longueur.

La recherche des OEA constitue une technique plus récente. Les OEA proviennent de l’énergie mécanique générée par des cellules de l’oreille interne lorsqu’on stimule celle-ci. Ce signal acoustique est retransmis de l’oreille interne à l’extérieur et peut être enregistré par un microphone sensible placé dans le conduit auditif externe. Les OEA sont présentes lorsque le seuil auditif de l’enfant est compris entre 0 et 30 décibels (ce qui n’est pas le cas dans les surdités sévères et profondes). C’est un test rapide, non invasif, et donc adapté au dépistage en maternité.

Au CHR d’Orléans, Mme Sabine Pétillon, orthophoniste, se rend deux fois par semaine à la maternité pour réaliser le dépistage de tous les enfants. Le protocole du CHR d’Orléans est le suivant. Tous les enfants nés en maternité, sans facteurs de risque de surdité, sont testés à la maternité par recherche des OEA après explications et consentement d’un des parents. Si les OEA sont absentes, les bébés sont revus une semaine après dans le service d’ORL pour nouvelle recherche. Si l’absence d’OEA est confirmée, il faut faire des PEA. Les enfants présentant un facteur de risque ou ayant été hospitalisés en réanimation néonatale ou à l’unité kangourou sont systématiquement testés par PEA dans le service d’ORL.

Depuis octobre 2002, 922 enfants ont été testés à la maternité et environ 80 examens de PEA ont été réalisés dans le service d’ORL.
Le personnel médical et paramédical des consultations du service d’ORL et de chirurgie cervico-faciale du Docteur Denis Dauphin s’investit largement dans ce dépistage de la surdité néonatale qui nécessite une collaboration étroite avec les services de gynécologie-obstétrique et de pédiatrie.

Dr Aurélie Manceau
Service ORL Chirurgie de la face et du cou

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”