Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le e-coaching nutritionnel est-il efficace ?

Ainsi se résume le thème de l'étude d'impact de l'e-coaching nutritionnel appelé A.N.O.D.E réservé aux personnes diabétiques présentant un excès de poids. Les travaux sont menés par des chercheurs français désireux de vérifier si le e-coaching couplé à la télémédecine représente une véritable révolution dans les méthodes de prise en charge nutritionnelle ou s'il ne s'agit que d'un simple phénomène de mode.

Ainsi se résume le thème de l’étude d’impact de l’e-coaching nutritionnel appelé A.N.O.D.E réservé aux personnes diabétiques présentant un excès de poids. Les travaux sont menés par des chercheurs français désireux de vérifier si le  e-coaching couplé à la télémédecine représente une véritable révolution dans les méthodes de prise en charge nutritionnelle ou s’il ne s’agit que d’un simple phénomène de mode. Développé dans le cadre du traitement des maladies chroniques, l’accompagnement/éducation à distance, a déjà prouvé son efficacité dans certains cas mais aucune étude française n’a jusqu’à présent testé le e-coaching nutritionnel, en particulier en cas de diabète et/ou d’obésité abdominale.
 
Deux grands hôpitaux publics – l’hôpital Bichat et l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière – testent le programme de coaching A.N.O.D.E
Le programme d’e-coaching A.N.O.D.E. (Accompagnement Nutritionnel de l’Obésité et du Diabète par E-coaching) a été conçu par la société MXS-santé en étroite collaboration avec des médecins hospitalo-universitaires. Il se présente comme un complément de l’offre de soins et de la prise en charge des diabétiques avec obésité abdominale. Son objectif est d’obtenir en 4 mois une amélioration des habitudes alimentaires et du niveau d’activité physique par un suivi nutritionnel sur mesure et évolutif selon les progrès du patient. Une perte de poids, un meilleur contrôle du diabète et une réduction du risque cardiovasculaire devraient en découler. Le programme A.N.O.D.E. est utilisé depuis plusieurs mois à l’hôpital Bichat par le service de Diabétologie-Endocrinologie-Nutrition. Afin de confirmer son efficacité, l’AP-HP soutient cette évaluation rigoureuse et scientifique.
 
L’enjeu : trouver une procédure thérapeutique adaptée face à l’augmentation du diabète
Entre 2000 et 2009, la prévalence du diabète en France n’a cessé d’augmenter. Elle a même progressé plus vite que prévu. En 2009, on estime à plus de 4,1 millions le nombre de personnes atteintes, dont quelques 600 000 diabétiques qui s’ignorent. En ligne de mire : surpoids, obésité, mauvaise alimentation, sédentarité et faible activité physique, autant de facteurs qui expliquent cet accroissement constant. La prise en charge du diabète de type 2 repose en premier lieu sur des mesures nutritionnelles incluant la diététique et l’activité physique. Difficile d’assurer aujourd’hui, une prise en charge personnalisée en face-à-face avec tous les diabétiques ; le e-coaching nutritionnel représente peut-être une alternative. Une hypothèse qui sera vérifiée par  l’étude A.N.O.D.E
 
Qui peut participer à l’étude A.N.O.D.E. ?
Menée par une équipe de chercheurs du service de diabétologie-nutrition de l’hôpital Bichat – Claude-Bernard (AP-HP), coordonnée par le Dr Boris Hansel et le Pr Ronan Roussel, l’étude A.N.O.D.E. est ouverte à 120 volontaires, hommes ou femmes de 18 à 70 ans, diabétiques de type 2,  présentant un excès de poids, en particulier abdominal, et possédant un accès internet. 
 
Pour en savoir plus  sur le e-coaching nutritionnel (données scientifiques disponibles…)

Contact chercheur : Dr Boris Hansel, service de diabétologie-Endocrinologie, hôpital Bichat Claude-Bernard (AP-HP), 46 rue Henri Huchard 75018 Paris, Unité INSERM U1138, Université Paris-Diderot
Tél : 01 40 25 82 42 / Fax : 01 40 25 88 42 –  boris.hansel@bch.aphp.fr
Pour en savoir plus sur le Protocole A.N.O.D.E. (Accompagnement Nutritionnel de l’Obésité et du Diabète par E-coaching) : www.telenutrition.fr

Contact internet pour se porter volontaire : protocole.anode@bch.aphp.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.