Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Associer des citoyens pour élaborer la stratégie de l'hôpital, la démarche était déjà innovante et originale en 2003, lorsque le CHRU de Lille a organisé la journée du jury citoyen. Inviter une deuxième fois ce même groupe de citoyens au cours d'une réunion publique afin de lui présenter la façon dont le CHRU de Lille a intégré ses recommandations dans son Projet d'Etablissement, est une démarche inédite en France.

Associer des citoyens pour élaborer la stratégie de l’hôpital, la démarche était déjà innovante et originale en 2003, lorsque le CHRU de Lille a organisé la journée du jury citoyen. Inviter une deuxième fois ce même groupe de citoyens au cours d’une réunion publique afin de lui présenter la façon dont le CHRU de Lille a intégré ses recommandations dans son Projet d’Etablissement, est une démarche inédite en France.

Le 26 février 2005, lors d’une réunion publique, le CHRU de Lille a présenté au groupe de citoyens ses projets emblématiques, fondés sur les valeurs partagées entre les usagers et les professionnels de santé.

Rappel de la démarche en 2003
Dans le cadre de l’élaboration de son projet d’Etablissement 2004-2008, le CHRU de Lille avait tenu à intégrer au mieux les attentes et l’expérience des usagers, dans la construction même de ses orientations stratégiques. C’est pourquoi, le 22 mars 2003, 12 personnes, constituées en jury, avaient auditionné le CHRU sur ses orientations stratégiques. A l’issue de cette conférence publique, le jury avait formulé un certain nombre de recommandations.

2005, les recommandations, fondements du projet d’Etablissement du CHRU de Lille

Les recommandations émises en 2003, ont été fondatrices du Projet d’Etablissement. En particulier, le rappel par les usagers que « le soin est un métier de personne à personne », même dans un contexte de haute technicité et de médecine spécialisée, a trouvé un fort écho chez les personnels du CHRU de LILLE. Usagers et professionnels se sont retrouvés dans l’expression de valeurs communes : le respect, l’empathie, la responsabilité.

Le jury avait exprimé en 2003 son souhait d’être tenu informé de l’impact de ses recommandations. Le CHRU de Lille s’était engagé à lui présenter son nouveau Projet d’Etablissement lorsqu’il serait finalisé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.