Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le futur hôpital «un projet exemplaire» selon la ministre de la santé

A l'occasion de la pose de la première pierre du futur site de Mercy, vendredi 30 janvier 2009, le CHR de Metz-Thionville a été qualifié d'exemplaire dans ses efforts de modernisation et de recomposition territoriale par Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Santé.

A l’occasion de la pose de la première pierre du futur site de Mercy, vendredi 30 janvier 2009, le CHR de Metz-Thionville a été qualifié d’exemplaire dans ses efforts de modernisation et de recomposition territoriale par Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Santé.

Madame Anatole-Touzet, directrice générale de l’établissement messin a rappelé l’urgence de cette opération «tant les bâtiments actuels de Metz sont exigus, hétérogènes, vétustes, difficilement accessibles avec des problèmes de parking et génèrent des surcoûts d’exploitation ». Sans l’aide de l’Etat de 97 millions d’euros apportée à la construction de l’hôpital : cette opération majeure et indispensable pour la santé de la population Nord-Lorraine n’aurait pu être menée. Le coût total de l’opération est de 265 614 000 Euros TDC (coût 2012). De plus, la construction de l’Hôpital maternité de Metz , à proximité du nouvel hôpital, sera lancée en 2009 pour une ouverture en 2012 , opération retenue au titre du Plan Hôpital 2007.

Trois mots clés résument la conception de cet hôpital du futur dont la construction devrait être achevée en 2012 l’anticipation, la participation et l’innovation. Conçu pour le patient et organisé autour de son parcours de soins, le nouvel hôpital proposera un accueil et d’un confort hôtelier optimum, grâce à une majorité de chambres à un lit ; l’ensemble des activités ambulatoires (consultations et hôpitaux de jour) seront aussi regroupées et facilement. Le dossier patient sera totalement informatisé et les malades et les personnels disposeront de terminaux multimédia.

L’hôpital-plots abritera 584 lits et places répartis en 5 pôles d’activité médicaux :cardiovasculaires et de neurologie, de cancérologie, des maladies de l’appareil digestif et urologique, du pôle tête-cou, des maladies de l’appareil locomoteur, et des spécialités médicales; auxquels s’adjoindra le pôle femme-mère-enfant. Cette restructuration a été menée avant que le concept de pôle ne soit devenu une obligation : il s’agit des pôles d’excellence existant déjà à Bon Secours.

Les capacités sont augmentées en réanimation et soins continus, et pour la prise en charge des brûlés adultes pour lequel le CHR est le seul centre du Grand Est pour les adultes, en complémentarité avec Nancy qui prend en charge les enfants. Le service des Urgences Adultes et pédiatriques, dont la place sera centrale, sera également renforcé avec l’augmentation indispensable de nos lits d’hospitalisation de courte durée. Un Centre d’Accueil et de Crise (C.A.C.) pour les urgences psychiatriques sera mis en place en lien avec le Centre Hospitalier Spécialisé de Jury.
Le plateau technique situé au coeur du nouvel hôpital sera modernisé et renforcé, avec 16 salles d’opération, 5 salles d’endoscopie, 2 salles de coronographie, 4 gamma cameras, 1 petscan, 3 accélérateurs de particules, 2 IRM et 2 scanners. L’accès désenclavé hors du centre-ville, l’augmentation des places de parking, l’ergonomie des espaces, l’accessibilité handicapés, l’hygiène maximale et l’attention portée à la sécurité des biens et des personnes ….. Innovant, le futur site du CHR l’est aussi dans la procédure globale choisie appelée «conception-réalisation» – Metz est une des plus importantes opérations menées dans ce cadre au niveau national.

La ministre de la Santé a également insisté sur le rôle précurseur du CHR dans la mise en place d’une communauté hospitalière de territoire en reprenant dès 2007 la gestion de deux établissements en difficulté: le centre hospitalier de Briey, établissement public dans le département de Meurthe-et-Moselle et l’hôpital maternité Sainte-Croix implanté à Metz – établissement privé participant au service public. Ces regroupements ont été menés en concertation avec les personnels et ont bénéficié du soutien des élus.

Anticiper, c’est aussi accélérer la réduction des déficits
En 2008 grâce aux efforts des médecins, personnels, partenaires sociaux et grâce à l’aide de l’A.R.H. le déficit du CHR estimé à 13,7 millions d’euros atteindra la moitié soit 6,7 millions d’euros. L’objectif de retour à l’équilibre financier est prévu pour 2012.

Un partenariat renforcé avec le CHU de Nancy
Avant l’ouverture du nouvel hôpital, Véronique Anatole-Touzet ambitionne aussi de voir reconnaître la dimension universitaire de plusieurs services de haut niveau. Un label qui affirmera l’implication du CHR dans l’enseignement et dans la recherche et confortera les partenariats conclus avec le CHU de Nancy, les autres CHU du Grand Est et avec l’université Lorraine Nancy-Metz. Le CHR rappelle qu’il joue déjà un rôle majeur en matière d’enseignement en participant à la formation de 130 internes et dispose de 8 écoles de formations paramédicales.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”