Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Le groupement hospitalier de territoire des Alpes Maritimes (GHT 06), qui regroupe les 14 établissements publics du département, a validé son premier projet médical et soignant de territoire (PMSP).
Le groupement hospitalier de territoire des Alpes Maritimes (GHT 06), qui regroupe les 14 établissements publics du département, a validé son premier projet médical et soignant de territoire (PMSP).
Issu des mesures de la loi « Santé », le GHT 06 a été créé par la convention constitutive du 1er juillet 2016. Il regroupe entre autres les Centres hospitaliers de Cannes, Grasse, Antibes et Menton et le Centre hospitalier universitaire de Nice en est l’établissement support.
Une méthodologie innovante pour un projet ambitieux
Depuis avril 2017, la direction générale du CHU de Nice et les cabinets Opus Line et GE Heatlhcare ont porté une méthodologie innovante et adaptée aux spécificités du territoire.
10 groupes de travail ont défini les orientations médicales arrêtés par le collège médical du groupement, puis ce sont trois séminaires d’une journée qui ont été organisés pour partager leurs réflexions et arbitrer une stratégie commune. Ces séminaires ont réuni plus de 300 personnes et ont permis d’engager une dynamique collective autour du groupement. A l’issue de ce travail et du vote du comité stratégique, le groupement dispose d’un projet médical et soignant ambitieux.
Les filières Vieillissement et Cancérologie en tête de la feuille de route
Dans un département plus âgé que la moyenne, la filière vieillissement tient un rôle central. Les médecins se sont accordés sur la nécessité de mieux inclure la dimension sanitaire, médicosociale et sociale, y compris dans les structures de la ville (CCAS, CLIC, ou encore MAI) en s’appuyant à la fois sur une plateforme territoriale d’appui (PTA) et sur des équipes mobiles gériatriques. Le GHT renforcera également l’appui des établissements de santé en matière de gérontopsychiatrie, en particulier les EHPAD isolés.
La cancérologie a également fait l’objet d’un état des lieux très détaillé qui démontre l’intérêt de la cancérologie publique comme champ de travail en commun et pour la qualité des prises en charge proposées aux patients. Le GHT créera ainsi un portail dédié de cancérologie qui permettra d’identifier cette filière publique et d’en augmenter la visibilité. Le GHT devrait aussi permettre de développer l’innovation au service de tous les patients du territoire.
La chirurgie et les urgences au plus près des besoins du patient
La filière chirurgie s’est fixée quant à elle deux principaux objectifs: d’une part diminuer les délais d’accès et réduire les transferts des patients chirurgicaux vers le privé après un passage aux urgences, d’autre part assurer la pérennité et l’attractivité d’une équipe de chirurgie pensée au niveau territorial.
De leur côté, les urgences se sont engagées dans une réflexion autour de la prise en charge des personnes âgées pour éviter les effets néfastes d’un passage aux urgences pour ces personnes.
Vers une optimisation de la qualité de soins
Les filières médecine, SSR, gynécologie-obstétrique, ainsi que soins palliatifs déclinent les principes de gradation des soins et mise en avant de la qualité de l’offre publique. Enfin, trois filières médicotechniques sont organisées dans le cadre du GHT: l’imagerie, la biologie et la pharmacie. A titre d’exemple, la pharmacie poursuit son développement à l’échelle du territoire en utilisant le groupement pour promouvoir et développer la pharmacie clinique, le pharmacien se déplaçant au lit du malade pour évaluer le plus précisément le traitement adapté.
Le projet de soins partagé définit quant à lui 4 objectifs: sécuriser les soins dispensés tout au long du parcours de soins, améliorer la coordination de la prise en charge du patient pour éviter les ruptures de soins, faire converger et harmoniser les pratiques et partager les compétences et les expertises en promouvant la pratique clinique. Ce projet se déclinera ensuite sur des thématiques pré-identifiées comme la qualité, la gestion des compétences rares ou encore l’accompagnement des cadres de santé.
Prochaine étape: la mutualisation des fonctions support
La stratégie médicale du groupement a été définie dans sa première occurrence, il faudra désormais mettre en oeuvre ces filières avec une gouvernance dédiée. La psychiatrie et la pédiatrie dont les deux opérateurs principaux sont des établissements privés à but non lucratif, seront ajoutées dans les prochaines versions. La définition du projet régional de santé (PRS2) devrait aussi conduire à une révision du PMSP du groupement. La prochaine étape du GHT consistera à organiser la mutualisation des fonctions support, qui doit avoir lieu d’ici la fin 2017.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.