Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le nouveau Lariboisière : projet hospitalier majeur au Nord de Paris

Présenté aux riverains le 23 mars 2017, ce "projet hospitalier majeur" tel que le qualifie l'AP-HP regroupera toutes les activités d’hospitalisation et médico-techniques aujourd’hui dispersées sur le site, au sein de bâtiments qui ne sont plus ni fonctionnels, ni techniquement adaptés. Cette opération de restructuration et de modernisation représente un investissement total de 315 M€. Le Nouveau Lariboisière abritera 489 lits, dont 73 lits de soins critiques. Le programme répondra aux enjeux des prises en charges de demain avec notamment le développement de l’ambulatoire. A ce titre il prévoit une réduction des capacités d'hospitalisation traditionnelle de 20% et une augmentation des places de jour de 23 %.
Présenté aux riverains le 23 mars 2017, ce "projet hospitalier majeur" tel que le qualifie l’AP-HP regroupera toutes les activités d’hospitalisation et médico-techniques aujourd’hui dispersées sur le site, au sein de bâtiments qui ne sont plus ni fonctionnels, ni techniquement adaptés. Cette opération de restructuration et de modernisation représente un investissement total de 315 M€. Le Nouveau Lariboisière abritera 489 lits, dont 73 lits de soins critiques. Le programme répondra aux enjeux des prises en charges de demain avec notamment le développement de l’ambulatoire. A ce titre il prévoit une réduction des capacités d’hospitalisation traditionnelle de 20% et une augmentation des places de jour de 23 %
La première phaseprévoit la reconstruction du bâtiment Morax, la réhabilitation des peignes historiques de la frange Est, la construction du bâtiment Nouveau Lariboisière, noyau dur comprenant la maternité et les différents services d’hospitalisation conventionnelle, 17 salles du bloc opératoire, les urgences et l’imagerie. La maternité qui réalise aujourd’hui 2 700 accouchements a été dimensionnée pour en accueillir 3 200. Les urgences, générales et spécialisées, auront une capacité d’accueil de 140 000 personnes par an, contre 100 000 aujourd’hui.
Suivront la rénovation en profondeur du bâtiment Galien qui accueillera l’essentiel des activités de Fernand Widal et la réhabilitation du reste des peignes. Les bâtiments historiques seront en effet préservés et réhabilités pour accueillir des activités ambulatoires, de recherche ou tertiaires.
Le projet architectural, satisfait aux exigences d’une médecine moderne. Ouvert sur la ville. le site prolonge l’espace urbain, en rupture avec les imposants murs d’enceinte actuels. Les patients disposeront  de meilleures conditions de confort avec des locaux modernes, fonctionnels et lumineux. Les chambres seront individuelles et  disposeront d’une salle de bains particulière. L’ensemble se veut apaisant notamment grâce aux nouvelles perspectives, aux espaces paysagers et au traitement de la lumière. 
Avec le projet Nouveau Lariboisière, comme avec la construction du Campus hospitalo-universitaire Grand Paris Nord à Saint-Ouen, l’AP-HP souhaite rééquilibrer et moderniser l’offre de soins hospitalo-universitaire au bénéfice des parisiens et des franciliens du nord de la capitale. L’enjeu est également de renforcer la complémentarité et la coordination entre les sites du nord parisien dans un projet médical d’ensemble. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.