Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le projet d’établissement 2006-2010 : un engagement collectif

Le projet d'établissement 2006-2010 du Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble, élément déterminant de son avenir, intervient dans un contexte de réforme hospitalière. Fruit de la mobilisation de nombreux acteurs pendant deux ans, il a été approuvé par l'Agence Régionale de l'Hospitalisation en juin dernier. Ce projet d'établissement répond à 6 axes de progrès tournés vers le patient et le progrès médical, déclinés le cas échéant en plans d'actions opérationnels.

Le projet d’établissement 2006-2010 du Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble, élément déterminant de son avenir, intervient dans un contexte de réforme hospitalière. Fruit de la mobilisation de nombreux acteurs pendant deux ans, il a été approuvé par l’Agence Régionale de l’Hospitalisation en juin dernier.
Ce projet d’établissement répond à 6 axes de progrès tournés vers le patient et le progrès médical, déclinés le cas échéant en plans d’actions opérationnels.

Le premier axe, « poursuivre les réorganisations majeures », assure la continuité des choix stratégiques du projet précédent : l’hôpital couple-enfant, l’institut de biologie et la modernisation de l’hôpital Michallon sur le site Nord.

Le second axe, « renforcer les filières de soins au CHU », priorise le développement de l’offre de recours du CHU (les urgences graves, la réanimation polyvalente, la cardiologie et la cancérologie) ainsi que l’adaptation de l’offre de proximité (gériatrie, psychiatrie) avec ses partenaires.

Le troisième axe, transversal, vise à l’amélioration de l’efficience dans les prises en charge en ambulatoire, essentiellement l’hospitalisation à domicile, l’anesthésie et la chirurgie ambulatoire, ainsi que les hôpitaux de jour.

Le quatrième axe, « mieux prendre en charge », centré sur le patient et impliquant l’ensemble des personnels et pôles d’activité comprend trois projets au coeur de l’accréditation : le projet de prise en charge du patient, la démarche de qualité et de sécurité des soins, ainsi que la culture et la communication.

Le cinquième axe, « garantir le progrès médical » s’appuie sur les axes forts de la recherche grenobloise, intégrés dans une politique de site (neurosciences, microbiologie, cancérologie, ingénierie de la santé) et reliés à l’ensemble des activités de soins, qu’elles soient de référence, de recours ou de proximité.

Le dernier axe, « rénover management et gouvernance », vise l’efficience, la responsabilisation et la participation de tous. Il comprend un projet social, un système d’information accompagnant les orientations stratégiques, des fonctions logistiques rénovées, un management différent de tous ces projets et actions, et une stratégie de financement au service de la modernisation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.