Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le projet FIGURES retenu parmi les 52 équipements d’excellence

Le projet FIGURES, porté par les partenaires de l'Institut Faire Faces fondé par les Pr Bernard Devauchelle et Sylvie Testelin a été retenu parmi les 52 lauréats de la première vague de l'appel à projet national «équipement d'excellence». Ce projet s'inscrit dans le cadre du Grand emprunt/Investissements d'avenir qui vise à doter la France d'équipements scientifiques de pointe, conformes aux standards internationaux.

Le projet FIGURES, porté par les partenaires de l’Institut Faire Faces fondé par les Pr Bernard Devauchelle et Sylvie Testelin a été retenu parmi les 52 lauréats de la première vague de l’appel à projet national «équipement d’excellence». Ce projet s’inscrit dans le cadre du Grand emprunt/Investissements d’avenir qui vise à doter la France d’équipements scientifiques de pointe, conformes aux standards internationaux.

L’Institut va recevoir une dotation de 10 500 000 euros afin de créer à Amiens une plateforme unique en France de recherche et de formations chirurgicales appliquées à la chirurgie réparatrice. Cette plateforme, qui favorisera les innovations en microchirurgie expérimentale et améliorera les recherches dans le domaine de la reconstruction faciale et des allogreffes, s’appuiera sur une approche novatrice d’imagerie morphologique et fonctionnelle. A la disposition de la communauté scientifique locale, nationale, européenne et internationale, elle permettra de former de nombreux médecins aux techniques chirurgicales de reconstruction de pointe, par une double approche réelle et virtuelle.

Les champs explorés
– analyse des surfaces et volumes du visage en mouvement et corrélats neurologiques
– développement de la chirurgie non-invasive : ultra-microchirurgie, robotique chirurgicale par voie transorificielle, chirurgie in utéro
– substitution pluritissulaire et aide à la tolérance par ingénieurie et biothérapie
– substituts prothétiques, biomatériaux dégradables, implants crâniens interfaciques
– oralité et troubles d’acquisition du langage
– visage et défiguration : approche épistémologique, artistique, psychanalytique…

Les partenaires du projet FIGURES (le CHU d’Amiens, l’Université de Picardie Jules Verne, l’Université technologique de Compiègne, le Commissariat à l’énergie atomique ainsi que les sociétés Plugmed et MSC Scanning) et plus largement de l’Institut Faire Faces, se réjouisent de ce succès au bénéfice de la science et des patients.

Plus d’informations concernant l’Institut Faire faces sur :
www.institute-facing-faces.eu/fr/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.