Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le refroidissement thérapeutique : nouvel espoir pour les victimes d’AVC ?

Deuxième cause de mortalité dans le monde et de handicap dans les pays du Nord, l'Accident Vasculaire Cérébral (AVC) fait l’objet d’une attention soutenue de la part de 25 pays européens porteurs du programme EuroHYP-1.L’enjeu de ce nouvel essai clinique à échelle paneuropéenne : évaluer l'hypothermie légère en tant que traitement le plus prometteur de l'AVC ischémique aigu.

Deuxième cause de mortalité dans le monde et de handicap dans les pays du Nord, l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC) fait l’objet d’une attention soutenue de la part de 25 pays européens porteurs du programme EuroHYP-1.L’enjeu de ce nouvel essai clinique à échelle paneuropéenne : évaluer l’hypothermie légère en tant que traitement le plus prometteur de l’AVC ischémique aigu.

L’hypothermie thérapeutique est déjà reconnue pour son efficacité en cas de lésions ischémiques du cerveau à la suite d’arrêts cardiaques et d’accidents de naissance. En induisant une forme d’hibernation du cerveau, elle réduit le besoin d’oxygène et prévient les lésions supplémentaires. Si les bienfaits de l’hypothermie légère sont avérés en cas d’AVC, ce nouveau traitement pourrait bénéficier à près de 40 000 européens par an.

Le consortium mené par Universitätsklinikum Erlangen et le European Stroke Research Network for Hypothermia (EuroHYP) rassemble les plus grands experts européens en matière de conception et analyse de statistiques, hypothermie thérapeutique, imagerie, économie de la santé, ultrasons, biomarqueurs et exécution d’essais cliniques (mise en place et suivi) ainsi que des associations de défense de patients et de leurs familles et de Petites et Moyennes Entreprises.
L’initiative est financée par la Commission Européenne, un investissement de près de 11 millions d’euros. En plus de l’efficacité thérapeutique et de la sécurité, l’impact économique de l’hypothermie thérapeutique sera aussi étudié.

Le programme EuroHYP-1 est essai clinique ouvert, aléatoire et de phase 3 (dernière phase avant la recommandation du traitement). Le CHRU de Lille participe à cette étude qui devrait concerner 120 patients français. Le Docteur Charlotte Cordonnier (Neurologie) a été désignée coordonatrice pour la France.

Chaque jour 1 000 européens meurent d’AVC, soit un toutes les 90 secondes et près de 2 000 deviennent handicapés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.