Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le robot chirurgical arrive en Bretagne, à Brest et à Rennes !

Les deux hôpitaux universitaires bretons, les CHU de Rennes et de Brest vont s'équiper dans les semaines qui viennent d'un robot chirurgical, première installation du genre dans la région Bretagne.

Les deux hôpitaux universitaires bretons, les CHU de Rennes et de Brest vont s’équiper dans les semaines qui viennent d’un robot chirurgical, première installation du genre dans la région Bretagne.

Cet équipement apporte un réel progrès dans les alternatives aux techniques chirurgicales classiques avec des incisions très petites, une douleur réduite, des suites d’intervention plus simples.

Le robot est en quelque sorte l’assistant du chirurgien. Celui-ci est installé derrière une console à distance du patient. Un écran lui apporte une vision en trois dimensions de haute définition de la zone d’intervention. Des bras mécaniques convertissent ses gestes, mêmes complexes, sur des instruments placés à l’intérieur du patient, en mouvements fins et précis. Certaines interventions particulièrement délicates sont ainsi rendues plus aisées.
Plusieurs CHU ont déjà acquis cet équipement d’une valeur de deux millions d’euros qui sera installé à Rennes en mai et à Brest en juin. La montée en charge de l’activité se fera progressivement.

A Brest, les premières interventions sont programmées la mi-juin et concerneront également des malades d’urologie.
L’installation du robot chirurgical sur le site de La Cavale Blanche, qui a nécessité quelques travaux au sein du bloc opératoire central, sera finalisée à la fin du mois de mai. Son positionnement permettra à cet équipement d’être utilisé en chirurgie digestive, gynécologique et cardiologique. Dès l’automne, plusieurs autres disciplines chirurgicales débuteront la formation à l’utilisation de l’équipement.

A Rennes, la machine est installée dans le bâtiment principal de l’hôpital Pontchaillou dans le bloc opératoire d’urologie. Comme la plupart des CHU déjà équipés, c’est cette discipline qui est l’utilisatrice principale pour la chirurgie de la prostate, du rein et de la vessie.
En septembre 2010, la chirurgie digestive programmera à son tour des interventions principalement sur l’oesophage.
Enfin en 2011, la chirurgie gynécologique utilisera également le robot dans le domaine du cancer notamment de l’utérus.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.