Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le Vapréotide : un nouveau médicament de référence dans le traitement de la cirrhose du foie

La rupture des varices dans le tube digestif, au cours de la cirrhose, est la deuxième cause de mortalité de cette maladie. Un traitement médicamenteux curatif vient d'être mis au point améliorant considérablement le pronostic vital des patients : il s'agit de l'administration précoce de Vapréotide. Un progrès médical qui fera référence dans le domaine du traitement de l'hypertension portale.

L’étude permettant la mise au point de ce traitement, initiée à l’Université et au CHU d’Angers a été réalisée en collaboration avec 22 centres hospitaliers et en partenariat avec la société suisse Debiopham.

Cette étude a fait l’objet d’une publication du Pr. Paul Calès, premier auteur, dans le New England Journal of Medicine du 4 janvier 2001.

C’est avec 2 ans d’avance sur une étude nord-américaine, parallèlement menée par un groupe international que l’étude franco-suisse sera publiée.

La cirrhose en France

En France, chaque année la cirrhose est responsable d’environ 10 000 décès et entraîne environ 15 000 hémorragies digestives.

Le Vapréotide

L’étude initiée à Angers dès 1997 a permis de démontrer que l’administration précoce* de Vapréotide améliore le pronostic vital des patients victimes d’une rupture de varices dans le tube digestif.
Administré en perfusion pendant 5 jours en association avec un traitement endoscopique, le Vapréotide aide à contrôler l’hémorragie et surtout il permet de diminuer la mortalité.
*dès l’admission du patient en milieu hospitalier, sans attendre confirmation de l’origine de l’hémorragie, ni l’examen endoscopique, ce qui permet de gagner de précieuses heures.
Le Vapréotide est un médicament facile à manier par des équipes non spécialisées du fait de sa quasi-absence de contre-indication.

L’équipe du Pr Paul Calès

Cette équipe est spécialisée depuis longtemps dans l’étude de l’hypertension portale (équivalent de l’hypertension artérielle au niveau des veines du tube digestif). Elle a par ailleurs mis au point une technique permettant d’étudier les propriétés des analogues hormonaux de somatostatine, famille de molécules dont est issu le Vapréotide.
En 1999, le Pr Calès présentait les premiers résultats de l’étude sur l’administration précoce du Vapréotide au Congrès de l’AASLD à Dallas.
Le 4 janvier 2001, le Pr Calès publiait en tant que premier auteur un article intitulé ? Early administration of vapreotide for variceal bleeding in cirrhosis » dans le New England Journal of Medicine*, première revue médicale mondiale.

* Le New England Journal of Medicine bénéficie d’un coefficient d’impact de 29 – à titre indicatif, la meilleure des revues médicales françaises ne possède qu’un coefficient d’impact de 1,1.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.