Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’école interactive à l’hôpital

Depuis la rentrée 2011, les élèves hospitalisés en pédiatrie au CHU de Clermont-Ferrand peuvent suivre leurs cours depuis leur lit. Il leur suffit d’allumer leur écran pour assister aux enseignements dispensés par leur professeur sur un tableau interactif et commentés via un micro et casque. Quant aux exercices ils seront exécutés sur une ardoise digitale. Une connectivité qui préserve les liens de l’apprentissage et garantit le suivi de leur scolarité.

Depuis la rentrée 2011, les élèves hospitalisés en pédiatrie au CHU de Clermont-Ferrand peuvent suivre leurs cours depuis leur lit. Il leur suffit d’allumer leur écran pour assister aux enseignements dispensés par leur professeur sur un tableau interactif et commentés via un micro et casque. Quant aux exercices ils seront exécutés sur une ardoise digitale. Une connectivité qui  préserve les liens de l’apprentissage et garantit le suivi de leur scolarité.
Les tableaux interactifs apportent une réponse moderne aux principes de la charte de l’enfant hospitalisé qui stipule que « l’hôpital doit fournir aux enfants un environnement correspondant à leurs besoins physiques, affectifs et éducatifs, tant sur le plan de l’équipement que du personnel et de la sécurité. » Le matériel a été acquis grâce à la générosité du Fonds d’entraide du groupe GMF qui a fait un don de 20 000 € au CHU.
A Clermont-Ferrand, l’école à l’hôpital est assurée par deux enseignants de l’Éducation nationale. Ils ont pour mission de scolariser les jeunes hospitalisés, de maintenir le lien avec leur établissement scolaire d’origine et de faciliter leur insertion ou réinsertion dans le système scolaire après les hospitalisations. Les enseignants prennent en charge les enfants et adolescents de la maternelle au lycée. Les cours ont lieu soit dans la salle de classe, soit dans les chambres des enfants hospitalisés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.