Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’écriture relève bien d’une zone au-dessus du cortex frontal gauche

Les chercheurs du CHU de Toulouse en ont la confirmation : "l'écriture relève bien d'une zone située au-dessus du cortex frontal gauche". Cette certitude scientifique ouvre de nouvelles perspectives notamment dans la compréhension des troubles de l'écriture dans des pathologies comme la maladie de Parkinson, l'aphasie vasculaire ou les dyslexies.

Les chercheurs du CHU de Toulouse en ont la confirmation : « l’écriture relève bien d’une zone située au-dessus du cortex frontal gauche ». Cette certitude scientifique ouvre de nouvelles perspectives notamment dans la compréhension des troubles de l’écriture dans des pathologies comme la maladie de Parkinson, l’aphasie vasculaire ou les dyslexies.

L’équipe du Docteur Jean François Démonet* a eu l’idée de croiser deux méthodes. La première consiste à produire des lésions virtuelles ou du moins temporaires. A la faveur d’une intervention neurochirurgicale visant à traiter des tumeurs cérébrales bénignes, une petite électrode permet, en créant une stimulation électrique, d’inactiver des portions très réduites de cortex. Le patient volontaire éveillé durant cette phase de l’intervention, effectue plusieurs exercices de langage donc une dictée. Dès que l’électrode entre au contact d’une certaine zone le patient peut lire et mouvoir sa main mais se trouve dans l’incapacité totale de tracer les lettres.

La deuxième méthode implique des individus droitiers et gauchers réalisant les mêmes exercices mais cette fois au cours d’une expérience en IRM fonctionnelle. Grâce à cette technique, les zones du cerveau activées apparaissent en temps réel. Ainsi, la comparaison entre les zones activées au cours des différents exercices permet de définir statistiquement l’existence d’une zone responsable de la production écrite de mot et non pas, par exemple, de la répétition à haute voix…

Les résultats concordants attestent qu’une petite région située dans la partie supérieure du cortex frontal est cruciale dans la production écrite des mots. Cette zone permet la transformation de l‘information orthographique (quelles lettres utiliser ?) en information graphique (quels mouvements exécuter pour tracer des lettres ?). Les mots sont en effet des entités abstraies qui pour être rendues visibles doivent être traduites. Ainsi un mot peut se manifester sous différentes formes comme le dessin, la prononciation ou l’écriture.

*Le Docteur Jean François Démonet est médecin neuro-psychologue à Purpan, CHU de Toulouse et directeur de recherche à l’INSERM (Unité 825 « Imagerie cérébrale et handicap neurologique ») – équipe 2 – Toulouse – Tél 05.61.77.95.19 ou 06.87.18.40.13 – jean-francois.demonet@inserm.fr

Souce : communiqué INSERM diffusé à la suite de la publication d’un article dans la revue Annals of Neurology en juillet 2009.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.