Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’erreur médicale : terreur des patients, supplice des soignants

Parlons de ce qui fâche mais prenons le temps de nous comprendre, d’analyser les limites de l’art médical et les failles du process de soins, d’entendre les exigences du patient, ses espoirs infinis en une médecine qu’il aimerait infaillible alors que chacune des prises en charge recèle sa part de risque. Tel est le dialogue que la Prévention médicale veut initier entre les professionnels de santé, les industriels du monde de la santé, l’Etat et les représentants d’associations de patients lors de son 3ème congrès qui se déroulera les 26 et 27 janvier 2012 au CNIT la Défense.

Parlons de ce qui fâche mais prenons le temps de nous comprendre, d’analyser les limites de l’art médical et les failles du process de soins, d’entendre les exigences du patient, ses espoirs infinis en une médecine qu’il aimerait infaillible alors que chacune des prises en charge recèle sa part de risque. Tel est le dialogue que la Prévention médicale veut initier entre les professionnels de santé, les industriels du monde de la santé, l’Etat et les représentants d’associations de patients lors de son 3ème congrès qui se déroulera les 26 et 27 janvier 2012 au CNIT la Défense.
A l’hôpital, les événements indésirables touchent 1 patient sur 10. En médecine générale, ils motivent en moyenne entre 4 et 7% des réhospitalisations (1). Et s’il est vrai qu’une part d’aléa existe dans tout acte de soins, les enquêtes montrent qu’il est cependant possible de réduire le nombre d’erreurs médicales surtout quand elles ont pour origine une défaillance dans l’organisation ou dans la coordination autour du parcours du patient. « Heureusement des progrès sont possibles, déjà mis en place ou envisageables » rappelle Michel Dupuydauby Directeur Général de la Prévention Médicale qui a identifié 5 axes prioritaires d’amélioration : la mise en cohérence et la sécurisation du parcours des patients,  le partage de l’information sur les risques, la capitalisation des savoirs construits à partir des travaux de la Commission des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge, la participation accrue des patients, la maîtrise de l’innovation et du recyclage continu des compétences « dans un monde un monde médical où la demi vie des connaissances est descendue en dessous de 5,5 années en moyenne (2).  Des mesures très concrètes d’amélioration seront présentées lors de ces deux journées : déploiement des check-lists, création de centres de simulation ou encore la priorité donnée à la sécurité des soins dans le cadre des restructurations des hôpitaux
Pour en savoir plus http://www.congres-prevention-medicale.org/
Ils ont dit
« L’erreur médicale est un double drame, de manière évidente pour la victime, sa famille et ses proches, mais aussi pour le professionnel de santé dont le soin est la vocation et qui voit les conséquences de son acte devenir contraires à ses intentions. »
Michel Dupuydauby, Directeur Général de la Prévention Médicale

« On voudrait évidemment dans l’avenir voir le slogan « jamais sur le patient pour la première fois » devenir une réalité absolue, ce qui suppose notamment une montée en puissance considérable de la simulation formation (3) mais accepter de prendre des risques avec l’innovation, avec le traitement est aussi un des buts recherchés tant il sert l’espoir de vie de chacun.
Professeur René Amalberti, directeur scientifique de la Prévention Médicale

Définition

Facile à définir dans l’industrie, l’erreur est, selon le Pr Amalberti, toujours difficile à caractériser en médecine car la pathologie évolue pour son compte et contribue naturellement à brouiller les pistes, sauf cas évident, entre ce qui relève de l’intervention médicale et ce qui relève de la maladie. Pire les décès ou les pertes de chances surviennent en grand nombre mais de façon très distribuée, de sorte qu’ils n’arrivent pas à provoquer la même intensité de réaction publique que les accidents groupés et médiatiques des tragédies de l’industrie (sauf quelques exceptions où les victimes ont été groupées comme le scandale du Sang Contaminé, les infections nosocomiales de la clinique du sport ou encore les sur irradiés d’Epinal).

En savoir plus sur la Prévention Médicale

Association loi de 1901 fondée en 2004, dont l’objet est la prévention des risques médicaux et paramédicaux mène des actions de sensibilisation et d’information sur le risque médical et sur les initiatives qualité engagées par les professionnels de santé. L’association dispose d’une plateforme d’assistance destinée à ses adhérents. Elle organise des actions de formation continue sur les risques liés aux soins. Elle a pour partenaires de nombreuses institutions du domaine de la santé dont l’Académie de Médecine, le Conseil National de l’Ordre des Médecins, le Conseil National de L’Ordre des Chirurgiens Dentistes, le Conseil National de l’Ordre des Sages Femmes, la Confédération Nationale des Syndicats Médicaux Français, la Confédération Nationale des Syndicats Dentaires. Elle travaille en relation étroite avec le groupe MACSF.
Marie-Georges Fayn

—-
1- Source Enquête nationale sur les événements indésirables ENEIS 2, 2009
2- Kaveh G. Shojania, MD; Margaret Sampson, MLIS; Mohammed T. Ansari, MBBS, MMedSc, MPhil; Jun Ji, MD, MHA; Steve Doucette, MSc and David Moher, PhD, How Quickly Do Systematic Reviews Go Out of Date? A Survival
Analysis, Ann Intern Med. 2007;147:224-233
3- Benning, A., Dixon-Woods, M., Nwulu, U., Ghaleb, M.A., Dawson, J., Barber, N., Franklin, B.D., Girling, A., Hemming, K., Carmalt, M., Rudge, G., Naicker, T., Kotecha, A., Derrington, M.C. and Lilford, R.J. (2011) Multiple component patient safety intervention in English hospitals: Controlled evaluation of second phase. BMJ, Feb 3, pp. 342:d199.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Un nouveau robot chirurgical au CHU de Poitiers

Le mois dernier, le CHU de Poitiers s’est doté du nouveau robot chirurgical Da Vinci X. Une technologie qui permet à plusieurs de ses services de multiplier le nombre d’opérations mais également de développer de nouvelles perspectives pour certaines spécialités.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.