Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les 12 engagements du CHU de Nîmes

A travers les 12 engagements de son projet d’établissement 2017 – 2021, le CHU de Nîmes dessine son avenir et renforce son positionnement au sein du paysage sanitaire et médico-social. Dans le Gard d’abord où le CHU est le principal opérateur de soins, le premier employeur avec 6 000 collaborateurs et le support du groupement hospitalier de territoire Cévennes-Gard-Camargue. En Occitanie ensuite où il est reconnu comme la troisième force de recherche hospitalo-universitaire aux côtés des CHU de Montpellier et de Toulouse. A l’international enfin par ses partenariats privilégiés avec le CH Viêt Tiêp (Vietnam) et la Fondation Cheikh Khalifa Ibn Zaïd de Casablanca (Maroc).
A travers les 12 engagements de son projet d’établissement 2017 – 2021, le CHU de Nîmes dessine son avenir et renforce son positionnement au sein du paysage sanitaire et médico-social. Dans le Gard d’abord où le CHU est le principal opérateur de soins, le premier employeur avec 6 000 collaborateurs et le support du groupement hospitalier de territoire Cévennes-Gard-Camargue. En Occitanie ensuite où il est reconnu comme la troisième force de recherche hospitalo-universitaire aux côtés des CHU de Montpellier et de Toulouse. A l’international enfin par ses partenariats privilégiés avec le CH Viêt Tiêp (Vietnam) et la Fondation Cheikh Khalifa Ibn Zaïd de Casablanca (Maroc).

Dans ce projet, le CHU définit sa conception de l’accueil et du soin et rappelle son exigence de qualité et de sécurité. Parmi les mesures phares, la poursuite de la création de cliniques thématiques multidisciplinaires qui favorisent les synergies médicales et paramédicales en articulant, autour d’une même thématique, le soin, la recherche, la formation et l’innovation. Les premières cliniques concerneront le pied diabétique et la sclérose en plaques
Le souci d’améliorer l’accès du patient et de fluidifier son parcours se traduira par de multiples initiatives : des prises de rendez-vous par Internet, des plans interactifs, une table d’orientation, un accueil direct dans les services, sans passer par l’accueil central, un accueil personnalisé et un accompagnement dans les services par des hôtes d’accueil dans le cadre de services civiques, la dictée du compte-rendu devant le patient (reformulation, résumé), puis remis au patient et adressé au médecin traitant à « J.0 », c’est-à-dire le jour-même. Et aussi : la programmation de rendez-vous en consultations pour une meilleure coordination avec le médecin traitant et en cas de besoin, le soutien de partenaires associatifs pour accompagner le patient dans ses démarches. Toujours avec les associations, des coopérations seront nouées dans le cadre des programmes d’Éducation thérapeutique du patient (ETP).
Le CHU répond aussi aux souhaits formulés par les usagers en faisant siennes leurs demandes de réduction du bruit dans les circulations, d’information des patients dans les salles d’attente et aux Urgences et d’identification des professionnels auxquels ils peuvent s’adresser. Au niveau hôtelier enfin, le CHU vise une qualité *** pour ses chambres et ses prestations. Un service de conciergerie, qui s’adresse tant aux usagers qu’aux collaborateurs de l’établissement a d’ailleurs ouvert ses portes en 2017.
Le CHU va poursuivre son effort de modernisation-reconstruction avec des projets d’ampleur : le pôle neuroscience qui regroupera l’activité de neurologie et de neurochirurgie du CHU et de l’Hôpital privé Les Franciscaines sur un seul et même site. Un investissement de plus de 16 M€ et une mise en service prévue pour fin 2018, la création d’un bloc dédié aux circuits courts en chirurgie ambulatoire, l’extension du plateau de médecine interventionnelle…
A l’attention de ses milliers de collaborateurs, le CHU de Nîmes a élaboré un projet social qui se déroulera tout au long de leur vie professionnelle. Il débute, dès le recrutement avec un tutorat, puis en cours d’exercice avec des solutions innovantes en formation continue notamment par la simulation pour le développement des compétences. Il prévoit aussi la mise en place d’une bourse à la mobilité. Au quotidien des actions vont simplifier la vie au travail comme l’ouverture d’une deuxième crèche, le recours facilité au télétravail (dont ont déjà bénéficié 23 collaborateurs en 2017), l’encouragement à une activité physique et la prévention des risques professionnels, le développement d’espaces verts agréables…
Pour découvrir en détail chacun des 12 engagements, téléchargez le projet d’établissement ou visionnez son résumé vidéo de 3 minutes.
Ces documents très pédagogiques témoignent du souci de l’institution de partager son avenir avec les professionnels et les différents publics – voire même de le co-concevoir puisqu’un forum citoyens a été consulté 4 fois de janvier à février 2016 et que de nombreux personnels médicaux, soignants, administratifs et techniques ont contribué à sa rédaction. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.