Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les femmes satisfaites de leur travail de nuit

Mieux connaître le travail de nuit, tel était l'objectif de l'équipe du service de remplacement de nuit. Pour mener à bien ce projet, un questionnaire a été élaboré et remis à 220 personnes. Le taux de réponse exceptionnel (84,1%) montre l'intérêt accordé à cette étude...

Mieux connaître le travail de nuit, tel était l’objectif de l’équipe du service de remplacement de nuit. Pour mener à bien ce projet, un questionnaire a été élaboré et remis à 220 personnes. Le taux de réponse exceptionnel (84,1%) montre l’intérêt accordé à cette étude.

Même si tous les agents n’ont pu être interrogés pour des raisons de délai, cette enquête apporte une excellente photographie de la réalité du travail de nuit.


994 agents participent au travail de nuit soit 17,2 3% de l’effectif.

La population soignante de nuit est constituée de 62,2 % d’infirmières et de 36,8 % d’aides soignantes.

Une grande majorité de femmes de plus de 30 ans
85,4 % sont des femmes
77,9% ont plus de 30 ans, 52,3% ont plus de 40 ans et 13,5% ont plus de 50 ans.

Le travail à temps partiel
63,2% travaillent à temps plein
34,1% travaillent à temps partiel.

Ne les appelez plus veilleuses de nuit !
Plus de 78.4% souhaitent dire « je suis de nuit » plutôt que « je suis de veille ». La veille est un terme péjoratif qui ne rend pas compte de la continuité du travail.

97,3 % de personnes satisfaites d’être de nuit
Les raisons évoquées sont celles du rythme de travail plus régulier qui leur permet de concilier à la fois leur vie professionnelle et personnelle.
Pour 3,2 % d’entre eux, ce n’est pas un choix, cela constitue un passage obligé avant la « stagiairisation » ou lors d’une mutation. 71,4 % des soignants de nuit n’a pas le projet de postuler de jour. 27,6 % l’envisagent parce que le rythme, la relation au malade, l’organisation leur donneraient plus de satisfaction.

Les personnels de nuit s’impliquent dans la vie institutionnelle
Seulement 7,6% ne participent jamais aux réunions de service. 26,1% d’entre eux viennent souvent aux réunions et 58% parfois.

Les équipes de nuit sont attentives aux comptes rendus
34,5% les ont toujours à disposition
53,8% les ont souvent et parfois
10,1% disent ne les avoir jamais.

67,6 % se déclarent bien adaptés au rythme de nuit

Qualité du sommeil.
La qualité de leur sommeil est « satisfaisant » pour 50,3% des soignants de nuit entre deux nuits de travail. Ce chiffre passe à 40,5% entre deux nuits de repos

Prise de somnifère
81,6% ne prennent pas de somnifère et arrivent à réguler leur sommeil naturellement.
5,1% déclarent en prendre régulièrement. (18,4% en tout si l’on compte ceux qui en prennent de manière irrégulière.)
31,09% font une sieste avant leur première nuit, 47,90% n’en font pas.

Durée du sommeil
La durée moyenne de sommeil, entre deux nuits, oscille entre 5 et 7 heures pour 65,4% d’entre eux, et 5 heures pour 14,6%.

Les repas
90,9% des soignants prennent un repas complet le soir avant une nuit de travail. La majorité fait une autre repas complet vers 2H du matin pour garder un bon niveau de vigilance entre 1 et 3 heures .
Certains gardent leur rythme de jour au niveau des repas, d’autres au contraire font un petit déjeuner à 15-16 heures, prennent un repas complet à 19 heures puis un autre repas ou collation vers 2 heures. 29,1% font un petit déjeuner vers 7 heures juste avant d’aller se coucher car ils estiment que cela facilite leur sommeil.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”