Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les HCL agréés « Hébergeur de données de santé »

Les Hospices Civils de Lyon (HCL) viennet d'obtenir l’agrément du Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé pour être hébergeur de données à caractère médical et personnel produites par des tiers (imagerie, dossiers patients…). Jusque là, les HCL hébergeaient uniquement les données de leurs patients. Aujourd’hui, l’autorisation s’étend à d'autres structures de santé.

Les Hospices Civils de Lyon (HCL) viennet d’obtenir l’agrément du Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé pour être hébergeur de données à caractère médical et personnel produites par des tiers (imagerie, dossiers patients…).  Jusque là, les HCL hébergeaient uniquement les données de leurs patients. Aujourd’hui, l’autorisation s’étend à d’autres structures de santé.
Dans un premier temps, les HCL hébergeront les logiciels et les données patients du Système d’Information de Santé Régionale (SISRA) et du logiciel d’orientation des patients de courte durée en Soins de Suite et Réadaptation Trajectoire, développé dans leurs murs et en cours de déploiement dans 15 régions de France.
Au-delà d’une réponse apportée aux structures de santé ne pouvant pas, pour des raisons financières ou techniques, héberger elles-mêmes leurs données médicales, l’hébergement de ces données au sein des HCL présente un intérêt majeur pour les professionnels de santé de la région. Le stockage des données patients au sein de datacenters* sécurisés facilitera la collaboration entre les hôpitaux de la région pour un meilleur suivi du parcours du patient.
Les HCL figurent parmi les CHU à bénéficier d’un système d’exploitation hautement sécurisé. Ils disposent de 2 datacenters regroupant l’ensemble des serveurs et logiciels conservant des données médicales, en fonctionnement 24h/24. Les données sont synchronisées en temps réel dans les 2 salles. Grâce à l’agrément obtenu, les HCL peuvent également fournir uniquement une solution dite back-up de sauvegarde aux structures intéressées.
Pour obtenir cet agrément les HCL ont dû satisfaire aux critères de performance et de sécurisation des données, conformément au décret ministériel du 4 janvier 2006 visant à garantir la sécurité des données personnelles de santé lorsqu’elles sont hébergées par un organisme distinct du professionnel ou de l’établissement de santé qui soigne le malade. Une reconnaissance qui couronne deux ans de travail des équipes informatiques des HCL, coordonnées par leur officier de Sécurité, Michel Fleckinger, et le responsable Qualité, Georges Hérent.
Depuis 2005, le CHU a entrepris de déployer très largement l’informatique dans ses unités de soins, avec la mise en place d’un programme ambitieux mais nécessaire de sécurisation des infrastructures, de gestion des incidents, de mise en place de procédures, etc.
*Salle informatique répondant à des conditions de contrôle d’accès, de protection énergétique et incendie, et garantissant la disponibilité des accès par le réseau.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.