Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les innovateurs en santé soutenus par le CHU de Lille

Start-ups, entreprises, indépendants… Les porteurs de projets ayant en tête de nouveaux produits ou service en santé sont invités à concourir aux Trophées des Hauts-de-France pour l’innovation des professionnels de santé (THIPS) lancés par le CHU de Lille, en lien avec le GIE Eurasanté. Ce concours régional distingue chaque année les idées les plus innovantes qui vont améliorer les conditions de travail des professionnels, les soins ou le quotidien des patients. Cette année 5 lauréats ont été retenus. Parmi eux Etienne Brochot et Sylvie Manouvrier.

Start-ups, entreprises, indépendants… Les porteurs de projets ayant en tête de nouveaux produits ou service en santé sont invités à concourir aux Trophées des Hauts-de-France pour l’innovation des professionnels de santé (THIPS) lancés par le CHU de Lille, en lien avec le GIE Eurasanté. Ce concours régional distingue chaque année les idées les plus innovantes qui vont améliorer les conditions de travail des professionnels, les soins ou le quotidien des patients. Cette année 5 lauréats ont été retenus. Parmi eux Etienne Brochot et Sylvie Manouvrier.
Etienne Brochot, pharmacien biologiste au CHU d’Amiens, a conçu un test diagnostic du BK virus, rapide et simple pour éviter l’une des causes de rejet lors d’une greffe de reins. Il sera accompagné par la la cellule d’évaluation des technologies pour la santé du CHU de Lille.
Sylvie Manouvrier, responsable de la Clinique génétique Guy Fontaine du CHU de Lille, veut développer un projet de téléconsultations des maladies génétiques afin de rendre l’expertise génétique plus accessible pour les patients vivant en zone rurale. Elle s’appuiera sur les CH de proximité pour que chaque patient soit accompagné par un professionnel de santé local (notamment psychologue) lors de l’échange avec le généticien. Elle bénéficiera du soutien de la société Oratorio
Les lauréats reçoivent des journées d’accompagnement d’une valeur de 10 000€ et un mécénat de compétences qui les aide à franchir les obstacles réglementaires et à accéder au marché.
Depuis la création du concours THIPS en 2012, 26 porteurs de projets ont pu bénéficier d’une aide pour concrétiser leur projet d’innovation en santé.  «En tant que clinicien porteur d’un projet d’objet connecté, les défis peuvent sembler grands pour passer de l’idée initiale à la concrétisation. La CETS nous a permis d’identifier les points clefs du développement de notre application, de rencontrer instantanément les personnes pouvant nous aider à trouver les bonnes solutions. Elle nous a aidé à planifier et structurer notre projet grâce aux échanges lors de l’audition et à la formalisation des recommandations d’experts à l’issue de celle-ci. » témoigne le Dr Vincent Sobanski, service de Médecine interne,Chercheur au LIRIC
Pour en savoir plus href= »http://lille-inflammation-research.org/fr/ » target= »_blank »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.