Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les kiné détecteurs des cancers de la peau

Parmi les professionnels de santé, les kinésithérapeutes sont ceux qui passent le plus de temps avec les patients dévêtus. Ils ont donc la possibilité, lors d'une séance, de détecter d'éventuels grains de beauté suspects. Le 23 septembre, l'Assistance Publique-Hopitaux de Marseille organisait une formation pour perfectionner leurs connaissances et favoriser la prévention des mélanomes. Le Pr Philippe Berbis, chef du service dermatologie de l'hôpital Nord, et l'Institut national du cancer (INCa), en partenariat et les Conseils de l'ordre des masseurs-kinésithérapeutes Bouches-du-Rhône et Paca Corse organisait cette opération de sensibilisation. Il répond aux questions de RESEAU CHU.

Parmi les professionnels de santé, les kinésithérapeutes sont ceux qui passent le plus de temps avec les patients dévêtus. Ils ont donc la possibilité, lors d’une séance, de détecter d’éventuels grains de beauté suspects. Le 23 septembre, l’Assistance Publique-Hopitaux de Marseille organisait une formation pour perfectionner leurs connaissances et favoriser la prévention des mélanomes. Le Pr Philippe Berbis, chef du service dermatologie de l’hôpital Nord, et l’Institut national du cancer (INCa), en partenariat et les Conseils de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes Bouches-du-Rhône et Paca Corse organisait cette opération de sensibilisation. Il répond aux questions de RESEAU CHU.

Pourquoi une telle initiative ?
Pr Philippe Berbis : Le mélanome est une tumeur de plus en plus fréquente. Avec lui, on paie nos années d’exposition au soleil sans protection. Et cette tumeur a la double particularité d’être aisément dépistée : un regard expert suffit et d’être plus facile à traiter dès lors qu’elle est diagnostiquée au tout premiers stades- comme les autres cancers. D’où l’intérêt d’un dépistage précoce. Or en consultation nous ne recevons que les patients déjà sensibilisés au problème. Comment toucher les autres ? Réponse : grâce à des sentinelles. Plus elles sont nombreuses plus les malades auront de chances devoir leur tumeur soignée dans le cadre d’une intervention chirurgicale bénigne.

Quels messages allez-vous faire passer ce soir ?
Pr Philippe Berbis : Je projette un diaporama avec des photos pour que les kinés aient dans l’oeil les particularités d’un mélanome et je leur adresse des messages très simples : tout grain de beauté n’est pas un mélanome. La taille n’est pas un critère, c’est l’évolutivité qu’il faut surveiller, savoir par exemple si ce grain de beauté a grossi ces derniers temps. Vérifier également ses contours et sa couleur. Si la forme est irrégulière et sa couleur non homogène alors nous avons affaire à un suspect. Le kiné devra recommander au patient de le montrer à son médecin.

Les kiné ont-il adhéré à cette campagne de dépistage ?
Pr Philippe Berbis : Les kinés ont été demandeurs. Plus de 100 ont répondu à notre invitation ; en tant que chef de service de dermatologie de l’Hôpital Nord de l’AP-HM je me réjouis de rencontrer un écho aussi favorable. Il s’agit d’un éveil, d’une première étape. La perspective – et là c’est le vice doyen de la faculté de médecine de Marseille en charge de la question de l’universitarisation des professions médicales qui s’exprime, je souhaiterais mettre en place un EPU kiné, afin de transformer ces informations en connaissance. J’aimerais aller plus loin dans cet enseignement avec ceux qui le souhaitent …

Prévalence des mélanomes en France et en Province
Le nombre de mélanomes dépistés a considérablement augmenté ces dernières années. Leur taux d’accroissement est le plus élevé des cancers : multiplié par 2 tous les 10 ans, soit 7 400 nouveaux cas par an en France. On connaît l’importance d’un traitement précoce dans ces pathologies et les conséquences morbides en cas de négligence. La prévention est capitale, surtout en Provence où l’exposition solaire est importante.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.