Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les personnes âgées souffrant de cancer méritent une attention particulière

« Avoir toujours comme objectif, outre le traitement du cancer, la préservation de l'autonomie du patient âgé ainsi que sa qualité de vie. » Voici l’un des 9 engagements pris les professionnels à l’égard des patients âgés atteints de cancer. Cette promesse est extraite de la charte Onco-Gériatrique élaborée par l’unité de coordination en oncogériatrie (UCOG) de l'ouest de la région PACA qui rassemble l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille et l'Institut Paoli-Calmettes. L’enjeu : sensibiliser les professionnels et les établissements de santé aux problématiques spécifiques de l’OncoGériatrie, harmoniser la prise en charge des patients et montrer l’attention singulière portée aux patients et aux familles.

« Avoir toujours comme objectif, outre le traitement du cancer, la préservation de l’autonomie du patient âgé ainsi que sa qualité de vie. » Voici l’un des 9 engagements pris les professionnels à l’égard des patients âgés atteints de cancer. Cette promesse est extraite de la charte Onco-Gériatrique élaborée par l’unité de coordination en oncogériatrie (UCOG) de l’ouest de la région PACA qui rassemble l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille et l’Institut Paoli-Calmettes. L’enjeu : sensibiliser les professionnels et les établissements de santé aux problématiques spécifiques de l’OncoGériatrie, harmoniser la prise en charge des patients et montrer l’attention singulière portée aux patients et aux familles.
« Nous souhaitons que la Charte OncoGériatrique, élaborée avec l’ensemble des professionnels de la région impliqués en OncoGériatrie, soit adoptée par les établissements de la région confrontés à la prise en charge des patients âgés cancéreux. Sa diffusion la plus large possible contribuera  à harmoniser nos pratiques et à sensibiliser l’ensemble des soignants aux particularités des patients âgés cancéreux. Elle permettra aussi de rassurer les patients et leurs proches souvent très réticents vis-à-vis des traitements réputés agressifs du cancer. » – Dr Cretel et Dr Rousseau.
70% des cancers surviennent après 70 ans. En France comme dans la plupart des pays industrialisés, le vieillissement de la population est associé à une augmentation de l’incidence des cancers mais peu de filières de soins identifiées ont créées et, en termes de recherche, les séniors sont encore sous représentés dans les essais cliniques. Nouvelle spécialité, l’oncogériatrie synthétise deux approches : celle des oncologues et celle des gériatres. Il s’agit de prendre en charge le cancer en tenant compte des phénomènes du vieillissement, que celui-ci soit sain ou pathologique, dans le cadre d’une approche globale, graduée et efficiente du patient.
La Charte Onco-Gériatrique de l’UCOG PACA-OUEST
Les professionnels s’engagent vis-à-vis des patients âgés atteints de cancer à :
I – SOINS
a. Favoriser l’accès à un avis spécialisé oncologique et l’accès à une réflexion
pluridisciplinaire avec un gériatre quel que soit l’âge ou l’état de santé du patient âgé.
b. Avoir toujours comme objectif, outre le traitement du cancer,
la préservation de l’autonomie du patient âgé ainsi que sa qualité de vie.
c. Promouvoir une prise en charge de proximité incluant
et informant en temps réel le médecin généraliste référent.
d. Informer et accompagner avec bienveillance le patient âgé et son entourage dans la description claire et précise de sa situation médicale. Information incluant diagnostic, pronostic (une opinion sur l’évolution probable de la maladie) traitement proposé., risques et alternatives possibles, et effets secondaires des différentes stratégies proposées
(consultation d’annonce et plan personnalisé de soins).
e. Mettre en oeuvre dans la mesure du possible les moyens et les collaborations nécessaires pour repérer la fragilité des patients âgés atteints de cancer.
f. Mener chaque fois que nécessaire une réflexion éthique autour
du patient et respecter ses directives anticipées quand elles existent.

II. ENTOURAGE DU PATIENT
a. Garder dans la mesure du possible le patient âgé comme l’interlocuteur principal.
b. Reconnaître les aidants comme partenaires de soins et mettre en oeuvre
tous les moyens disponibles pour les aider et les soutenir tout au long du parcours de soins.
c. Favoriser une communication optimale avec tous les intervenants auprès du patient âgé (médicaux et non médicaux) à l’hôpital et au domicile

L’UCOG PACA OUEST
Suite à l’appel à projets 2011 de l’INCa sur le déploiement national d’unités de coordination en oncogériatrie, le groupement de coopération sanitaire en cancérologie de PACA Ouest réunissant l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille et l’Institut Paoli-Calmettes, a été labellisé unité de coordination en oncogériatrie (UCOG) pour l’ouest de la région PACA.
Sous la coordination du Dr Frédérique Rousseau (IPC), pour l’oncologie, et du Dr Elodie Crétel (AP-HM), pour la gériatrie, en étroite collaboration avec le Dr Frédérique Retornaz ( Centre Gérontologique Départemental de Montolivet ), cette unité a pour mission l’amélioration de la prise en charge des sujets âgés atteints par le cancer  par la formation des professionnels, l’information du public et la promotion de la recherche clinique.
 
Liens utiles : 
http://www.oncopaca.org/fr/cancer-sujets-ages ;
http://fr.ap-hm.fr/cancer/specialites/oncogeriatrie-cancer-et-personnes-agees

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.