Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les règles de l’assurance chômage des agents publics sont désormais intégrées dans un décret

Jusqu’à présent les règles relatives à l’assurance chômage applicables aux agents publics ressortaient du Code du travail (article L. 5424-1), de la jurisprudence du Conseil d’Etat et de diverses circulaires Ministérielles. Désormais, le décret n°2020-741 du 16 juin 2020 définit les modalités d’indemnisation des agents relevant des trois versants de la fonction publique. L'analyse de Maître Guillaume Champenois, avocat associé du Cabinet Houdart et Associés.

Jusqu’à présent les règles relatives à l’assurance chômage applicables aux agents publics ressortaient du Code du travail (article L. 5424-1), de la jurisprudence du Conseil d’Etat et de diverses circulaires Ministérielles. Désormais, le décret n°2020-741 du 16 juin 2020 définit les modalités d’indemnisation des agents relevant des trois versants de la fonction publique. L’analyse de Maître Guillaume Champenois, avocat associé du Cabinet Houdart et Associés.
Ce décret fixe de manière claire celles et ceux qui doivent être considérés comme «privés involontairement de leur emploi», critère principal de l’octroi de l’aide au retour à l’emploi en application de la convention UNEDIC applicable.
Ce texte réglementaire reprend les principales règles dégagées par le Conseil d’Etat. Il prévoit ainsi que les agents publics peuvent être démissionnaire et involontairement privé de leur emploi si la démission est considérée comme légitime.
Ce décret apporte des précisions utiles comme la rémunération servant de base de calcul de l’allocation laquelle intègre le traitement de base, les indemnités et les primes.

En cas de refus de renouvellement de contrat

Ce décret confirme indirectement la règle dégagée par le Conseil d’Etat selon laquelle le refus de l’agent de signer un contrat portant renouvellement de son engagement ne donne pas droit à la perception de l’aide au retour à l’emploi. En effet, le 2° de l’article 2 précise que sont considérés comme involontairement privés d’emplois «Les personnels de droit public ou de droit privé dont le contrat est arrivé à son terme et n’est pas renouvelé à l’initiative de l’employeur».
Il est en effet de jurisprudence constante que si l’administration employeur propose à l’agent contractuel un renouvellement de son CDD et que celui-ci refuse ce renouvellement il ne peut percevoir l’aide au retour à l’emploi (CE 28 Décembre 2017 n°407009).

En cas d’abandon de poste

Tout autant, ce décret reprend la règle dégagée par le Conseil d’Etat selon laquelle l’agent public en abandon de poste n’a pas droit à la perception de l’aide au retour à l’emploi en y apportant une précision. En effet, le 1° de l’article 2 énonce : «1° Les agents publics radiés d’office des cadres ou des contrôles et les personnels de droit public ou de droit privé licenciés pour tout motif, à l’exclusion des personnels radiés ou licenciés pour abandon de poste …»
S’il était de jurisprudence constante que la prise d’acte de l’abandon de poste de l’agent public par la notification d’une lettre recommandée avec accusé de réception, respectant un certain formalisme mais sans procédure contradictoire, il restait une incertitude sur les conséquences d’une procédure de licenciement pour abandon de poste. Par définition, un licenciement est une perte involontaire d’emploi même si la cause dudit licenciement est un abandon de poste. Le décret prévoit les mêmes conséquences: l’abandon de poste ne peut donner lieu à la perception de l’aide au retour à l’emploi que la perte d’emploi découle d’une procédure disciplinaire ou d’une prise d’acte par simple courrier recommandé avec accusé de réception après mise en demeure de rejoindre son poste.
Enfin, ce décret apporte une clarification bienvenue sur la situation des fonctionnaires placés en disponibilité d’office pour raison de santé et non indemnisés.
Maître Guillaume Champenois, Cabinet Houdart et Associés

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”