Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’excellence de la recherche de l’AP-HP soulignée par un audit indépendant

Bien placée au niveau mondial et une activité en progression avec 865 brevets et 272 licences actifs, plus de 3 000 projets de recherche, la recherche de l’AP-HP présente d’excellents résultats selon les experts du Haut Conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (Hcéres). Cette instance indépendante chargée d’évaluer l’organisation et la production scientifique a tout particulièrement apprécié « la qualité du soutien institutionnel aux activités de recherche, le caractère structurant des Départements Hospitalo-Universitaires et un modèle de subsidiarité avec les groupes hospitaliers qui leur fournit les outils et l’intéressement nécessaires »*

Bien placée au niveau mondial et une activité en progression avec 865 brevets et 272 licences actifs, plus de 3 000 projets de recherche, la recherche de l’AP-HP présente d’excellents résultats selon les experts du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Hcéres). Cette instance indépendante chargée d’évaluer l’organisation et la production scientifique a tout particulièrement apprécié « la qualité du soutien institutionnel aux activités de recherche, le caractère structurant des Départements Hospitalo-Universitaires et un modèle de subsidiarité avec les groupes hospitaliers qui leur fournit les outils et l’intéressement nécessaires »*.
Quand on sait la complexité du milieu, ce décryptage est précieux. Il fournit notamment des données sur la place mondiale tenue par le premier groupe hospitalier Européen. Ainsi, il est indiqué que l’AP-HP figure au 13° rang pour les catégories oncologie et chirurgie, 9° rang pour les pathologies cardiaques et cardiovasculaires, et 8° pour les maladies infectieuses. De plus ses groupes hospitaliers sont reconnus parmi les meilleurs établissements en termes de publications et de taux de succès aux appels d’offres
Un succès à mettre au crédit de la Délégation à la Recherche Clinique et à l’Innovation (DRCI), structure de soutien et d’expertise en charge du pilotage des projets de recherche. Elle accompagne les investigateurs médicaux et paramédicaux de l’AP-HP dans les différentes étapes de réalisation et valorisation de leur projet de recherche : de l’aide à la conception, au financement ou à la promotion, en passant par la réalisation des essais cliniques et la publication des résultats. La DRCI assure aussi la valorisation des découvertes en établissant des partenariats privilégiés de R&D avec des entreprises pour une mise sur le marché de produits et services innovants, au bénéfice des patients. En 2017, la DRCI employait 171 personnels permanents dont 4 Professeurs et maîtres de conférences et 745 personnels non permanents.
C’est la première fois que l’AP-HP fait l’objet d’une évaluation par le Hcéres. Cette procédure a lieu tous les 5 ans. Le dispositif des Départements Hospitalo-Universitaires mais aussi l’activité recherche de chacun des groupes hospitaliers de l’AP-HP font également l’objet d’évaluations par le Hcéres.
* extrait du rapport publié le 4 juin 2018 – P6 
Télécharger le rapport

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.