Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’hôpital à domicile pour les futures et jeunes mamans strasbourgeoises

Les futures et jeunes mamans de la Communauté Urbaine de Strasbourg peuvent opter pour une hospitalisation à domicile (HAD) qui allie sécurité et continuité des soins pour elles et leur bébé et plaisir de retrouver au plus tôt leur environnement familier. L'accompagnement personnalisé est assuré par une sage-femme du CHU de Strasbourg ou de la clinique Sainte Anne du Groupe Hospitalier Saint-Vincent. Actuellement 6 strasbourgeoises bénéficient de cette organisation coordonnée.

Les futures et jeunes mamans de la Communauté Urbaine de Strasbourg peuvent opter pour une hospitalisation à domicile (HAD) qui allie sécurité et continuité des soins pour elles et leur bébé et plaisir de retrouver au plus tôt leur environnement familier. L’accompagnement personnalisé est assuré par une sage-femme du CHU de Strasbourg ou de la clinique Sainte Anne du Groupe Hospitalier Saint-Vincent. Actuellement 6 strasbourgeoises bénéficient de cette organisation coordonnée.
Proposée sur prescription médicale, l’HAD obstétricale s’adresse aux femmes enceintes à risque ou souffrant d’une pathologie de grossesse et aux jeunes mamans suivies dans le cadre de relais des unités Kangourou, d’un contexte psycho-social particulier, d’un accompagnement à la parentalité, d’une surveillance ictère ou de suites de couches pathologiques…
Derrière cette offre, une collaboration étroite entre deux structures : le CHU de Strasbourg et le Groupe Hospitalier Saint Vincent conduite sous l’impulsion de l’Agence Régionale de Santé d’Alsace. Le partenariat repose sur la participation des équipes soignantes du Groupe Hospitalier Saint Vincent au fonctionnement du service d’Hospitalisation A Domicile du CHU de Strasbourg – titulaire de l’autorisation d’activité de soins- et sur le partage des compétences, des connaissances et des files actives de patientes des praticiens des deux établissements. La mutualisation est inscrite dans un projet médical commun aux deux structures qui porte sur la prise en charge, les filières et de parcours coordonné de soins.
Cette coopération a permis d’élargir l’HAD obstétricale  à l’ensemble des patientes de la Communauté Urbaine de Strasbourg quel que soit le prescripteur (établissement de santé, professionnels libéraux). 
Fonctionnement de l’HAD
Avant l’accouchement

L’HAD peut être proposée par un établissement de santé ou des professionnels libéraux, pour éviter une hospitalisation tout en assurant une prise en charge médicale adaptée à la situation ou immédiatement après un court séjour à l’hôpital. L’admission se fait en accord avec l’équipe médicale et la future maman qui souhaite utiliser cette forme d’hospitalisation.
Une sage-femme se déplace à domicile 7j/7 pour prodiguer les soins nécessaires :
– enregistrement des battements de cœur du bébé et des contractions éventuelles,
– délivrance de médicaments,
– pratique des examens si nécessaire.
Le dialogue avec la sage-femme permet de confirmer la bonne poursuite de la grossesse tout en assurant le lien avec l’équipe hospitalière.
Après l’accouchement
Les mamans venant d’accoucher qui ont besoin d’un accompagnement médical après leur sortie de la maternité
Une sage-femme se rend au domicile de la patiente à un horaire convenu avec elle, et effectue la surveillance médicale de la mère et de son enfant. Ce moment est aussi un moment privilégié pour évoquer les questions suscitées par l’arrivée du bébé.
Composition de l’équipe
–  5 sages-femmes, dont 3 sages-femmes du CHU de Strasbourg et 2 du GHSV, organisées en 3 équipages
– 7jours/7 – 365 jours par an
– Horaires de travail : 8h-17h
– Une ligne téléphonique directe : 03 69 55 34 00 (HAD Obstétricale)
– Une transmission des informations organisée entre tous les acteurs
Activité
– 6 patientes sont suivies tous les jours
– Pré-partum : minimum 3 passages par semaine, maximum 2 passages par jour
– Post-partum : tous les jours

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.