Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’hôpital de la mère et de l’enfant dévoile ses atouts.

Le CHU de Limoges ouvrira le 15 janvier 2007 un hôpital de la mère et de l'enfant. Moderne, innovant, cet établissement de 192 lits et places dédié aux activités de pédiatrie et de gynécologie-obstétrique, offrira aux patients une prise en charge globale encore plus sécurisée et une offre de soins sur-spécialisés.

Le CHU de Limoges ouvrira le 15 janvier 2007 un hôpital de la mère et de l’enfant. Moderne, innovant, cet établissement de 192 lits et places dédié aux activités de pédiatrie et de gynécologie-obstétrique, offrira aux patients une prise en charge globale encore plus sécurisée et une offre de soins sur-spécialisés.

Engagé par le projet médical du CHU de Limoges en 1996, et inscrit dans le schéma régional d’organisation sanitaire du Limousin arrêté le 3 novembre 1999 (SROS 2) le regroupement géographique des activités de soins de la mère et de l‘enfant faisait aussi partie des orientations édictées par le décret ministériel du 10 octobre 1998.

Le 15 janvier 2007, le CHU de Limoges répondra donc à ces ambitions et exigences réglementaires, en proposant un hôpital de la mère et de l’enfant d’une surface de 23000 m2.

Un hôpital dédié à la mère et à l’enfant, pour une offre de soin et un accueil d’excellence

Concrètement, cette réorganisation des activités de périnatalité, de gynécologie et de pédiatrie permettra

– l’aménagement d’un pôle naissance rapprochant les unités d’obstétrique, de néonatalogie et de réanimation néonatale. La maternité du CHU de Limoges déjà site de référence régional (maternité de niveau III) renforce donc encore la sécurisation de la prise en charge de la mère et de l’enfant ;

– la rationalisation de l’offre de soins en pédiatrie dans un pôle enfance regroupant l’ensemble des soins de l’enfant dans un ensemble cohérent, tant pour la prise en charge des patients que pour l’accueil;

– la modernisation et l’humanisation de structures à forte technicité : assistance médicale à la procréation, génétique médicale ou à caractère social : centre d’IVG et de planning familial

Une structure technique et humaine de haut niveau, garante de ces engagements

Des urgences pédiatriques ouvertes 24h/24, l’aménagement de 6 blocs opératoires et de 2 salles de surveillance post- interventionnelle, un plateau d’imagerie de pointe (radiologie enfant, sénologie, tomographie, échographie) sont quelques exemples des structures et équipements qui seront mis au service des patients de ce nouvel hôpital.

Plus de 600 personnes (médecins, praticiens hospitaliers, personnels paramédicaux) veilleront à une prise en charge spécifique de la mère et de l’enfant, tant pour les soins classiques dédiés à ces publics, que dans de nouvelles surspécialisations.

Un projet ambitieux qui a nécessité un investissement important
– le coût de la structure est de 47 M € financés par le CHU de Limoges, des subventions d’Etat et un appel à l’emprunt
– les investissements en équipement s’élevant à près de 9 M € pour financer à la fois les équipements biomédicaux (matériel d’imagerie, de surveillance cardiaque, d‘anesthésie, blocs opératoires) et le mobilier.
Des montants auxquels il faut ajouter 6,1 M € obtenus en crédits de mission d’intérêt général et d’aide à la contractualisation.

L’hôpital de la mère et de l’enfant de Limoges permet un progrès majeur de l’offre de soins pour ces publics, pour la région Limousin mais aussi les départements limitrophes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.